Hit Z Road plus mort que vivant

Rien n’est plus pareil depuis ce premier jour où l’infection s’est répandue sur Terre, vous avez appris à survivre en fuyant sur les routes. Heureusement vous avez rapidement repéré leurs point faible, il faut les frapper à la tête pour … blablabla vous connaissez le topo de l’apocalypse zombie.

Hit Z Road est, vous l’aurez compris, un énième jeu vous propulsant dans la peau de survivants assaillis par des hordes de mort-vivants putrides. Créé par Martin Wallace (auteur de Conquest of the Empire) et édité par Space Cowboys, ce qu’on remarque en premier lieu c’est la qualité du matériel.

 

hit z road matériel

Du bien joli matériel.

On est bien servi en tokens, cartes richement illustrées, dés et meeple thématiques; le tout dans une ambiance légèrement fifties des plus agréable.

Car j’étais sur la route…

Dans Hit Z Road vous allez donc incarner des routards à la recherche d’un coin peinard, mais première chose à noter, ici pas de coopération c’est du chacun pour soit. Un choix qui ne manque pas d’étonner après les multiple jeux coop dans cette thématique (Dead of Winter en tête).

Chaque joueur va donc essayer de tracer sa route en essayant de choisir la moins mauvaise parmi celles disposées sur la table à chaque tour de jeu. Pour cela au début du tour il faudra enchérir des ressources chèrement acquises pour se placer au mieux dans l’ordre du tour et avoir ainsi la possibilité de faire un bon choix.

Une fois une des routes composée de 2 cartes choisie, on collecte les ressources et on affronte les zombies qu’elles mentionnent.

hit z road routes

Les combats se résolvent simplement, 1 token balle pour obtenir un dé de baston à lancer. Si ça ne suffit pas on finit les importuns au corps à corps en risquant des meeples de notre réserve. Ce qui ne manque pas de nous rapprocher du game over.

…toute la maudite journée

Au final Hit Z Road semble assez sympathique: du beau matériel thématique, des possibilités multiples de couper la route aux petits copains.

Malheureusement les tours finissent par s’enchaîner plutôt rapidement. On flambe ses ressources aux enchères et choisi logiquement le chemin restant qui nous arrange le mieux, on prend les tokens mentionnés, on en dépense d’autres, on lance quelques dés pour faire une rapide soustraction et avoir le résultat des combats et on recommence…

D’autant plus qu’on se rend rapidement compte dans les premières parties, que la difficulté des chemins va croissante et qu’on a mal optimisé l’utilisation des tokens ou ses prises de risques et qu’il faudra d’autres parties pour arriver à bout du challenge proposé.

Tout cela n’est finalement pas aussi palpitant que cela en à l’air, on a par exemple rapidement plus de motivation de sortir des meeple zombies pour les défausser 5 secondes plus tard. Et très franchement on peut même dire qu’on commence a s’ennuyer ferme en regardant les autres joueurs faire de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *