Waggle Dance A l’ombre des petites ouvrières en fleur

La « Waggle Dance », c’est l’espèce de figure que font les exploratrices pour indiquer aux butineuses où se trouve le champ de fleur le plus proche. Ça tombe bien, c’est d’abeilles qu’il est question dans ce jeu frais et acidulé qui a fait le Bzzz sur Kickstarter et idéal pour initier entre 2 et 4 joueurs à la pose d’ouvriers.

L’abeille affaire !

Des dés, des kubenbois, des hexagones, des cartes, des pions… je crois que tout y est.

Ici pas de plateau, mais une mise en place rapide et facile : on pose les cartes dans l’ordre alphabétique et on retourne. Les cubes de pollen vont près de leurs fleurs respectives ; chaque joueur se munit de 3 alvéoles et 6 petits dés et c’est prêt, y’a plus qu’à déguster.

Prêt à démarrer.

Prêt à démarrer.

Pour gagner, il faut fabriquer du miel. Point intéressant, on peut adapter la longueur (et au final le style) du jeu : 3 miels pour des parties rapides et tactiques de moins de 30mn, ou jusqu’à 7 miels pour de la construction de moteur et une bonne partie de gestion et planification pendant une bonne grosse heure, voire plus.

Jetons-nous dans la reine

Le tour commence le jour par un gros « scrobodbodlbdol », le bruit que font les joueurs en lançant tous leurs dés et obtenir ainsi les ouvrières pour le tour. A tour de rôle, chaque joueur place une abeille quelque part, sur le plateau ou dans sa ruche. On poursuit jusqu’à ce que tous les dés aient été placés.

Puis vient la nuit : on résout les actions dans l’ordre de gauche à droite en récupérant les dés à chaque fois. Et c’est tout. Ensuite rebelote, on repart pour un tour, jusqu’à ce que le nombre de miels fixés au début ait été atteint par un joueur.
Si 2 joueurs terminent en même temps, c’est celui qui a le moins d’abeille (donc celui qui a le mieux optimisé) qui gagne. Simple ? A appréhender, certes. Mais c’est sans compter l’opportunisme, le bluff et la roublardise qui se mettent rapidement en place entre les joueurs.

La classe ouvrière

Voyons dont les actions en détail :

Actions A (alvéole), B (éclosion) et C (œuf)

Ici, les places sont limitées pour construire une alvéole (à gauche) ou obtenir un œuf (à droite). On voit aussi que Bleu Foncé a choisi l’action B au centre qui de faire éclore un œuf avec 2 ouvrières identiques pour gagner une abeille (un dé) supplémentaire.

Actions E (troc), F (miel ou échange) et G (cartes de la reine)

Ici, Jaune Orange et Bleu foncé ont choisi de faire du troc : 2 pollens d’une couleur contre un autre pollen ou alors un oeuf contre un pollen.
Bleu clair et Orange ont placé successivement 2 abeilles de même chiffre sur un tas de 4 pollens identiques : ça permet de faire du miel. En phase nuit, on retourne l’alvéole côté jaune, elle est inutilisable pour stocker mais c’est un premier pas vers la victoire.
Enfin, Orange et bleu clair sont allé chercher des cartes de la reine.

Des cartes ?

Oui, via la dernière action, on peut obtenir une carte de la Reine, qui nous octroie un bonus (ou un malus pour les adversaires) utilisable le jour ou la nuit selon le cas. En vrac :

  • obtenir une abeille supplémentaire pour un tour
  • Changer un de ses dés
  • Supprimer celui d’un joueur adverse
  • Faire du miel avec 3 pollens seulement ou 4 pollens différents…

Oui mais le pollen, ça vient d’où ?

Lune de miel

Le pollen vient du tas de fleurs au milieu du jeu, où comme sur les autres cartes on pose ses abeilles :

On peut en placer autant qu’on veut, mais ça sera toujours un peu la bagarre : la 1ère place rapporte 2 pollen, la 2ème 1 pollen et rien pour les suivantes. Par exemple ici :
3. Fleur rose : Jaune est tout seul en 1ère place, il gagne 2 pollens rose.
1. Fleur jaune : Orange et Bleu Clair sont ex-aeco en 2ère place, on partage : 1 pollen chacun.
2. Fleur orange : bleu foncé est en majorité et reçois 2 pollens orange, bleu clair et jaune partagent la 2ème place à un pollen, ce qui fait 0 (oui, zéro) pollens chacun.

Waggle Dance est un jeu ouvert : on voit à tout moment les dés restants des adversaires et donc les actions qui leur sont possible. Comme certaines places sont limitées et que chacun son tour on place un et un seul dé, il faut bien optimiser.

On arrive vite à des réflexions du genre « Ah zut, il m’a pris le dernier emplacement pour une alvéole supplémentaire. Oké, avec mon 4, je peux prendre un œuf et donc lui bloquer la carte. Mais alors, avec son 4 à lui, il risque de se mettre en 1ère position sur la fleur blanche. Sinon, je choppe un œuf et je mets ensuite mon 3 sur le troc pour produire le blanc qui me manque. Aie mais non, j’ai deux 3, je dois justement les garder pour faire mon miel.. bzzzztcouic »

Comme on déroule les actions dans l’ordre en phase nuit, on va vite tenter des combos sur un même tour, genre « gagner oeuf -> l’échanger contre un pollen rouge -> transformer mes 4 rouges en miel ».
Sauf que le plan parfait se déroule rarement sans accrocs, les adversaires ayant tôt fait d’enrayer la belle machine par un dé mal placé ou une carte surprise.

Et c’est bien ?

On a là un jeu dont la prise en main est rapide, mais qui offre tout de même son lot de creusage de tête et de montage de stratégie. Un très bon jeu passerelle que je range à côté d’un Augustus ou d’un Takenoko. Le matériel simple mais fort joli tape juste, on s’éclate à envoyer ses petits dés butiner ici et là.

Il est clair que pour l’amateur de gestion pur et dru (c’est pas une faute, je dis « dru » et pas « dur »), on a là un jeu léger qui sert tout juste à patienter le temps qu’un autre prépare le plateau de Terra Mystica. Qu’importe, pour reposer le cerveau fumant d’un expert en fin de soirée ou initier un débutant à la gestion légère, je conseille ce jeu aussi bon et croustillant qu’une bonne vieille biscotte au miel. Et moi j’aime ça me beurrer la biscotte.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *