Prendre garde à ce que l’on souhaite

Prendre garde à ce que l’on souhaite, voila une expression à laquelle je n’avais visiblement pas réfléchi en décidant d’animer le compte Twitter de ce site.

Alors oui parfois on oublie qu’on est sur un réseau social et que la totale liberté d’expression va de pair avec le fait d’être lu. Souvent par des gens qui sont partagé entre la dernière indignation en date, qui sont très occupé à défendre la France blanche et catholique contre le grand remplacement (et ils sont si nombreux c’est rageant) mais aussi des gens bien sous tout rapport quoique’un peu malicieux.

Alors c’est vrai que j’ai pu tweeter quelque chose qui pourrait conduire à cette case de notre calendrier. Ivre de rigolade, de partage, aveuglé par ma participation active au trollétariat, ça m’a échappé. J’ai souhaité une chose à haute voix et internet n’oublie jamais.

La grenade était dégoupillée, mais j’ignorais qu’elle exploserait des semaines plus tard. Quand le postier déposa à ma porte un large carton contenant mon inavouable souhait.

Que je t’aime

Ainsi dYnkYn, démontrant que nous appartenons définitivement à la communauté J2S la plus cool des internet (sans forcer), m’a fait parvenir ceci.

Mais … qu’est ce que … hein … quoi ?

 

Et me voila tenu par mon honneur de vous parler de Johnny Hallyday Le Jeu et de vous expliquer franchement ceci  : je ne connais rien à la chanson française en général et à Halliday en particulier. Mon univers musical oscillant plutôt entre De La Soul et Rone, soit du hip-hop à l’electro sans passer par la case variété ni m’arrêter sur celle du rock, et l’émotion suscité par sa disparition ma laissé perplexe, son hommage national stupéfait; il fallait se rendre à l’évidence.

J’ai déconné.

Donc vous allez le comprendre rapidement, ce jeu est un Trivial Poursuit thématisé à l’image de l’exilé fiscal récemment disparu. Aucune prise de risque dans la présentation du jeu, qui s’aventure tout de même a proposer 3 anneaux concentriques de cases renvoyant à des questions thématiques.

Les pions sont des guitares !

Un CD compil digne des années 90 peut faire office de bande son.

Le jeu semble vouloir vous faire incarner une variation de Johnny, j’essaye de ne pas trop y penser c’est assez perturbant, débutant sa carrière et gravissant les marches de la gloire et du succès en engrangeant au moins 6 points représentés par des disques certifiés : 1 point pour l’or, 2 pour le platine, 3 pour le double platine.

Le disque de diamant symbolise le pinacle de votre carrière, l’aboutissement de vos effort de rock star et donc la victoire. Ce qui ne m’explique pas pourquoi il existe 2 cartes diamant de la boite puisqu’elle ne matérialise pas de points et qu’une seule peut être remportée par partie. Si vous êtes tenté de me répondre que cela doit correspondre à ceux glanés par le vrai Johnny, et bien non même pas.

Les points matérialisés par ses certifications de disques. Car comme vous le savez le talent d’un artiste se mesure avant tout aux chiffres de ventes.

Au centre l’aboutissement d’une carrière est à priori Johnny s’appropriant Elvis Presley s’appropriant la culture afro-américaine.

Retiens la nuit

C’est donc pas hyper confiant que je me suis lancé dans une partie avec ma compagne alternant entre moqueries et roulage d’yeux face à tant de bêtise de ma part. Il faut dire qu’elle a un avantage certain, elle a grandie dans une famille écoutant Johnny très fort dans le salon et elle couche n’importe qui en blind test.

A l’inverse de moi qui commence à avoir une trouille bleue d’y passer la nuit en découvrant des questions aussi palpitantes que MAIS J’EN SAIS FOUTREMENT RIEN tel que : « Quel a été le premier titre de l’album Insolitudes publié en 45 tours ? » *

Heureusement vous avez surement repéré avec votre esprit aiguisé qu’il y a 6 points à collecter mais pas de cases spéciales hormis celles permettant de changer d’anneau. C’est par ce qu’il suffit de répondre correctement à une question pour décrocher un disque d’or OKLM. A croire qu’en testant le jeu les créateurs se sont aperçu qu’à moins de jouer entre fan inconditionnels il fallait filer un coup de pouce salvateur aux autres.

Maintenant une question m’étreint, à qui peu s’adresser ce jeu ? Est-ce qu’un fan même assez épris de notre star disparue va être enclin à proposer une partie plus d’une ou deux fois ? Et d’ailleurs est-ce que c’est vraiment si courant de pouvoir lâcher en confiance « ça vous dit d’incarner Johnny dans un sous Trivial Poursuit » ?

Les portes du pénitencier

C’est donc après avoir péniblement terminé une partie, que cela a permis de nous questionner et de nous documenter sur l’artiste, découvrir que je me trompais en pensant que c’était simplement un chanteur de variet’ se donnant une image de blouson noir et qu’il a vraiment essayé de populariser des genres jusque là quasiement inédits sur le vieux continent. Est-ce que cela pardonne l’époque yéyé, les duos avec Michel Sardou et la cavale fiscale ? Est-ce que ça justifie carrément un jeu à son nom en édition numérotée ?

L’histoire en jugera, tout comme j’ai été jugé pour avoir souhaité trop vite et trop fort quelque chose que je n’imaginais pas se réaliser quasiment à mes dépends.

C’est pourquoi on ne m’y reprendra plus, je ferais toujours attention à ce que je souhaite, particulièrement sur Twitter et quelques soit les circonst…

Et merde !

 

* La réponse est évidemment : « Tu peux partir si tu le veux, face B du 45 tours Avant« , bande de nuls !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *