Les Naufragés du Titanic Ta mer et les icebergs

Il s’agit d’une simulation de cynisme pour 4 à 6 joueurs (dixit la boîte) où, perdus dans la dernière barque du Titanic, vous allez tenter de collaborer pour atteindre le rivage. Bien que tout le monde puisse perdre, il n’y aura qu’un seul gagnant. Oui, ça promet…

Chaque joueur va hériter d’un personnage qui possède différentes caractéristiques. La taille qui indique sa force lors des décomptes de bagarre, la valeur de survie qui servira en fin de partie et un effet spécial indiqué en dessous. De plus, chaque joueur reçoit secrètement une carte meilleur ami, ainsi qu’une carte pire ennemi, qui lui vaudront des bonus en fin de partie.

En effet, lors du décompte final chaque joueur va scorer la valeur de survie de

  • son personnage si celui-ci est vivant,
  • son meilleur ami si celui-ci est vivant,
  • son pire ennemi si celui-ci est mort.

Ne vous inquiétez pas, les cas tordus (vous êtes votre pire ennemi, votre meilleur ami est aussi votre pire ennemi, etc) sont prévus par les règles.

Vous recevrez également des points pour chaque objets précieux que vous transporterez, à condition d’être dans le bateau à la fin. Notez que vous n’avez pas besoin d’être vivant et qu’il est donc possible de remporter la victoire à titre posthume.
La mise en place se fait comme ci-dessus: on place les personnages dans un ordre fixé par les règles, ce qui représente le positionnement au sein de la barque. Le joueur tout à gauche sera donc à l’avant, à côté des provisions, le joueur tout à droite sera à l’arrière, près du gouvernail.

 

Le tour de jeu se déroule alors comme suit. Le joueur tout à gauche prend autant de cartes de la pioche que de personnages dans la barque, en choisit une et donne le reste à son voisin immédiat (selon l’ordre sur la table). Le processus se répète jusqu’au personnage de droite qui recevra la dernière carte. Puis, chaque personnage de gauche à droite décide d’une action:

  • ne rien faire;
  • ramer: il pioche deux cartes de la pioche navigation, en choisit une et l’ajoute au paquet navigation;
  • changer de place: il choisit un de ses voisins directs et propose de changer de place. Si ce dernier refuse, il y a bagarre;
  • voler une carte: il choisit un de ses voisins directs et propose de lui voler une carte. Si ce dernier refuse, il y a bagarre.

Lors d’une bagarre, chaque autre personnage peut décider quel camp il souhaite soutenir (l’agresseur ou l’agressé). Les négociations sont possibles mais il n’y obligation de les respecter, bien sûr. Enfin, le camp comptant la plus grande somme de tailles remporte la bagarre.

S’il s’agit du camp en défense, il ne se passe rien de plus, sinon, l’action entreprise au préalable (voler ou change de place) est réalisée. Pour finir, chaque personnage du camp perdant reçoit un marqueur blessure.

Une fois que tous les personnages ont effectué leur action, on passe à l’étape de navigation. Le joueur le plus à droite prend toutes les cartes constituant le paquet navigation et en choisit une. Sur celle-ci se trouve:

  • le nom du/des joueur(s) qui passe(nt) par dessus bord, chacun recevant une blessure;
  • un symbole de mouette (ou pas) qui indique que l’on se rapproche du rivage (la 4e mouette marque la fin du jeu);
  • la liste de ceux qui souffrent de la soif et doivent défausser une carte eau pour ne pas subir une blessure. Il peut il y avoir tout ceux qui se sont bagarrés, des personnages directement nommés et/ou tous ceux qui ont ramé.

On se retrouve donc face à un jeu assez simple à mettre en place, vite expliqué, amusant et rapide. L’intérêt se situe principalement dans la volonté des joueurs de mettre l’ambiance, le jeu servant d’encouragement à la mauvaise foi. Je lui reprocherais d’être un peu trop répétitif et un poil long pour ce type de jeu. Chez moi, il souffre surtout de la concurrence avec Avalon qui, pour une difficulté/longueur identique, est bien plus intéressant. On pourra aussi regretter le matériel qui, sans être totalement honteux non plus, n’est pas de la plus grande qualité.

A noter que trois extensions sont disponibles. Cannibalisme et Le Courage au Fond de la Bouteille sont largement dispensables, tandis que le Deck Météo (illustration ci-dessous) semble apporter un peu plus de tactique au niveau des cartes navigation (dixit BGG) mais je ne l’ai pas testé.

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *