Space Hulk: Death Angel C'est quoi des Dés en gel ?

+++ Transmission entrante, code vermillon foncé, limite rouge, mais pas tout à fait +++
Briefing de mission:

Frère Sergent Jodassino rassemblez votre escouade de Terminators et prenez d’assaut le Space Hulk ++ le Parjure de la Perversion polymorphe ++ par la porte de derrière. Le navire est infesté de Genestealers. Votre objectif est de récupérer les clés du vestiaire que le Capitaine Etiendao a oublié lors de la dernière mission suicide qu’il a lamentablement échoué.

J’espère que l’Empereur sera cette fois-ci plus clément et vous laissera mourir parmi les centaines d’aliens aux griffes acérées. Faut pas déconner vous êtes l’Elite de l’humanité et vider à la main des vaisseaux spatiaux moisis de l’engeance Tyranide au lieu de les faire sauter de loin est votre priorité.

Que la Force soit avec vous et tant que vous y êtres pensez à ramener des œufs d’aliens, on se fera une space-omelette.
+++ Fin de Transmission +++

Space Hulk: death angel

Space Hulk: Death Angel: Le jeu de cartes, est comme son nom l’indique, un jeu de carte coopératif basé sur le célèbre jeu de figurines Space Hulk lui même basé sur le non moins célèbre Warhammer 40K. Il est un des rares jeux Games Workshop qui ne nécessite pas de s’acheter 345 figurines à 20€ pièce pour commencer à jouer. C’est sans doute pour cela qu’ils ne le rééditent que tous les 12 ans.

Les joueurs incarnent une escouade de Space Marines dans leurs rutilantes armures Terminators se frayant un chemin à l’intérieur d’un vaisseau dérivant dans l’espace et infesté d’aliens, les Genestealers, aux griffes acérées découpant l’Adamantium comme du brie au petit-dej’.

Le Matériel

Le jeu comprend 128 cartes représentant les frères guerriers, les actions, les Genestealers, les couloirs, les salles objectifs et les événements qui vont altérer la partie, ainsi que des pions représentant l’aide que s’apporte les différents membres de l’escouade. Un dé est aussi de la partie et ajoutera ce petit zeste de hasard si jouissif dans ce jeu ( vous détesterez ce dé).

(Non le jeu n’est pas toujours en russe!)

Les cartes sont de bonne qualité et le jeu reprend l’iconographie de la 3eme édition du jeu de plateau. Le thème est déjà bien présent, du vaisseau gothique et plein de petits crânes partout.

Le jeu

Je rappelle que Death Angel est un jeu coopératif et que tous les joueurs vont devoir faire au mieux pour s’en sortir. Une mission consiste en 4 cartes lieux, qu’il faudra visiter l’un après l’autre.

Au début de la partie chaque joueur choisit un binôme de Terminators possédant un armement et un rôle précis-: corps à corps, arme lourde, pouvoir psychique. Il existe dans la boîte de base 6 binômes.

Une fois les équipes choisies, les cartes représentant les combattants sont mélangées et placées en file indienne, afin de représenter la colonne de Space marine arpentant les couloirs étroits du vaisseaux. Là encore, le thème est bien présent, on sent que les épaulettes de l’armure frottent frottent dans les coursives.

Les Aliens sont générés à partir des cartes événements tirées lors de chaque tour. Les couloirs et autres trappes entourant la colonnes de Terminators possèdent une couleur qui détermine combien de Genestealers seront placés de chaque côté des Space marines, afin de simuler les sales bestioles présentes dans les pièces du vaisseau.

Chaque carte de Terminator possède une flèche, à droite ou gauche qui détermine vers quelle direction le membre de l’escouade regarde et pourra engager ou se défendre des cibles aliens et une chiffre de 0 à 3 qui désigne la portée de l’arme. C’est à dire pour 0, le Space Marine ne peut combattre que les cartes devant lui. Pour 3, il pourra tirer sur les cartes aliens situées au même niveau des 3 équipiers au dessus ou en dessous de lui. Bien sûr, toujours en respectant le sens de la carte qui va attaquer.

Durant son tour chaque joueur choisit secrètement une carte action pour son binôme, parmi 3 choix-: Soutien, Attaque et Déplacement/activation. Évidemment chaque équipe possède des variantes dans l’exécution de ces ordres génériques. Les joueurs n’ont pas le droit de dévoiler clairement ce que leur carte va faire, mais peuvent se concerter et dire qu’ils vont attaquer ce groupe d’aliens ou défendre ce point-là.

Une fois toutes les actions choisies, elles sont résolues dans l’ordre des numéros inscrits sur les cartes. Ces cartes sont défaussées pour le tour suivant. On ne peut pas jouer deux fois le même ordre d’affilée. Je vous avais dit qu’il allait falloir se mettre d’accord.

En règle générale, les actions Soutien, font gagner des pions soutien, qui servent à relancer un dé d’attaque ou de défense.
Les actions Déplacement/Activation permettent de changer de place dans la colonne et de tourner son Terminator, mais aussi d’activer des salles spéciales du vaisseau. Ces salles aident le plus souvent les joueurs; par exemple le Sas, permet d’évacuer tous les Genestealers d’un coté de la colonne dans l’espace. C’est rapide et pratique.
Les actions Attaque permettent hmm…d’attaquer les aliens qui font face au Terminator.

Les combats sont résolus de façon très simple. Le Terminator qui attaque lance le dé. S’il obtient un chiffre (1 à 3) accompagné d’un crane, l’attaque est réussi et de une à trois cartes genestealer lui faisant face sont défaussées. Tout autre résultat est un échec. Oui niet, nada, même pas une petite blessure. De base vous avez 50% de chance de toucher les cibles. Vous la sentez l’angoisse-?

Une fois que tout le monde à bien compris que la menace était bien réelle, la menace attaque. Tous les aliens survivants passent à l’attaque. Cette fois les Terminators ciblés se défendent du mieux qu’ils le peuvent, c’est à dire avec un dé… Le joueur ciblé par l’attaque doit obtenir un résultat supérieur au nombre de Genestealers attaquant sous peine de voir son Space Marine chéri broyé par diverses pinces et mâchoires.

Voilà le tour est terminé et il ne reste plus personne autour de la table…

Je ne m’étends pas sur les subtilités, comme le débordement, qui permet aux aliens de passer derrière vos Space Marines, obligeant vos coéquipiers à changer leurs plans ou à vous de vous déplacer pour faire face, sinon pas de défense ni d’attaque.

Les tours s’enchaînent dans la douleur jusqu’à ce qu’une des deux piles d’aliens soit vidée. A ce moment là l’escouade entière change de lieu et progresse vers l’objectif de la mission. C’est un soulagement pour toute l’équipe, mais le lieu à venir fera sans doute entrer encore plus d’aliens simultanément.

Le jeu nécessite de bien connaître les différents pouvoir de chaque équipe de Terminators. De nombreuses synergies existent, permettant d’améliorer significativement ses chances de survie.

Extensions

Le jeu possède plusieurs extensions en «print on demand» sur le site de Edge :

  • Pack Deathwing qui ajoute 12 nouveaux Space Marines provenant de l’escouade mythique
  • Space marines pack 1 qui ajoute 2 nouveaux binômes
  • Missions pack 1 qui ajoute 12 nouveaux lieux et 4 nouveaux Genestealers
  • Pack Tyrannide qui ajoute de nouveaux petits aliens et des boss aliens

Les Extensions rendent le jeu encore plus difficile en ajoutant des ennemis vicieux et un choix encore plus important des binômes Terminators. Petit bémol sur la qualité des «print on demand». Les cartes sont lisses contrairement aux cartes de la boites de bases qui possèdent une texture toilée. Cela peut dans certains cas nuire au jeu, les joueurs pouvant savoir quels type d’aliens (extension ou non) vont débouler le tour suivant derrière leur dos.

Mon avis

Derrière ses airs de jeu trop difficile et handicapé par un hasard trop présent, Death Angel après quelques parties, montre son réel visage-: un jeu ou il est nécessaire de dompter le hasard en maximisant ses chances de réussite. A l’instar de Blood Bowl, où seuls les débutants tentent l’esquive à 6+ qui ne fera progresser le ballon que de deux cases. Ici c’est la même chose, et chaque équipe à un rôle particulier qu’il faudra utiliser au mieux.

Le jeu devient vite un casse tête, et c’est pour cela que la variante en solo est très intéressante. Mon petit cerveau ne m’a jamais permis de gagner une partie… mais perdre est presque toujours ludique. Le mauvais sort est parfois présent, mais jamais injuste au final.
A plusieurs, les joueurs trop dirigistes pourraient prendre le dessus et les autres avoir le sentiment de ne pas participer réellement au jeu.

Le jeu réussit le tour de force de reprendre le thème de son aïeul sur plateau et avec quelques cartes de recréer l’ambiance oppressante des blips et des bolters enrayés. Chaque action est vitale et peut être la dernière de votre équipe.

Ancien fan de Warhammer 40K et ayant toutes les éditions de SpaceHulk, j’ai acheté le jeu pour jouer seul, car personne dans mon entourage n’a eu envie de se mettre dans la peau d’un Space Marine, mais je ne le regrette pas.

De nombreux guides existent sur BGG, dont un pavé de 120 pages expliquant tous les rouages du jeu. Une vraie pépite détaillant chaque binôme et comment les utiliser.

La Bible Death Angel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *