Takenoko Pandi, panda, petit ourson de Chine

Takenoko

L’Empereur de Chine revient, et il est pas content. Ha non pardon c’est pas ça. L’Empereur de Chine donc, offre un Panda à l’Empereur du Japon en guise de cadeau diplomatique (ce qui, en passant, apporte un éclairage nouveau sur l’invasion de la Mandchourie). Le Jardinier de l’Empereur se voit alors confier la tâche d’aménager une bambouseraie pour accueillir la peluche sur pattes.

Le principe général de Takenoko est d’aménager un plateau de jeu en posant des tuiles de différentes couleurs, y faire pousser des bambous de la couleur correspondante et y déplacer le panda pour en récupérer des sections. Le but étant de marquer des points en remplissant des objectifs et être le premier à obtenir le plus haut score en fin de partie.
Les joueurs ont à leur disposition 3 types d’objectifs :

  • L’objectif parcelle : une certaine configuration de tuiles doit être présente dans la bambouseraie. Par exemple 3 tuiles jaunes alignées.
  • L’objectif jardinier : Il dépend de la taille des bambous présents sur le plateau. Par exemple, il doit y avoir 4 bambous verts de taille 3 présents sur le plateau.
  • L’objectif panda : Un joueur doit posséder sur son plateau personnel les sections de bambous correspondantes, par exemple 2 sections de bambou vert, et les rendre à la réserve générale.

Le joueur qui possède un objectif n’a pas besoin de le réaliser lui-même, il suffit que les conditions de l’objectif soient présentes durant son tour pour le valider. Evidemment, les objectifs rapportent plus ou moins de points en fonction de leur difficulté.

Takenoko plateau

Une image du plateau de jeu en cours de partie. On développe le plateau de jeu autour de la tuile de départ, le petit lac qui va irriguer toute la bambouseraie.

Il tape sur des bambous

Ok, je sais comment on gagne, mais comment on joue ? Et bien là aussi c’est très simple. A son tour, le joueur lance un dé spécial qui va lui octroyer un petit bonus pour le tour et ensuite choisi deux actions à réaliser parmi 5.

Le dé météo

Le dé annonce la météo à venir. En terme de jeu cela se traduit ainsi :

  • Soleil : Le joueur actif bénéficie d’une action supplémentaire
  • Pluie : Le joueur ajoute une section de bambou sur une tuile irriguée
  • Vent : Le joueur peut jouer deux fois la même action à ce tour
  • Orage : Le joueur peut déplacer le panda n’importe où sur le plateau et ainsi récupérer une section de bambou
  • Nuage : Le joueur peut piocher un aménagement. Les aménagements sont des petits tokens à rajouter sur les tuiles, ils offrent des petits pouvoirs spéciaux à la tuile aménagée.
  • La face « ? » : Elle permet de choisir le résultat du dé.

Les actions

Une fois le dé lancé, le joueur choisi 2 actions parmi 5 disponibles. Sauf résultat « vent », on ne peut pas choisir 2 fois la même action.

  • Action parcelle : Le joueur pioche 3 parcelles, en choisit 1 et la place sur le plateau. Il y’a des règles de poses simples à respecter que je ne vais pas détailler ici.
  • Action irrigation : permet de prendre une irrigation de la réserve générale et de la placer tout de suite ou de la conserver pour la jouer plus tard. Un joueur peut, durant son tour, jouer une ou plusieurs irrigations mises ainsi de coté sans dépenser une action. Les irrigations se place à la manière des routes dans Catane. Mis à part les tuiles qui bordent la tuile de départ et celles équipées d’un aménagement « bassin », toutes les tuiles doivent être bordées par une irrigation pour que le bambou y pousse.
  • Action Jardinier : Le joueur déplace le jardinier sur le plateau en ligne droite. Une section de bambou pousse sur la tuile sur laquelle le jardinier termine son mouvement ainsi que sur les tuiles adjacentes de même couleur.
  • Action panda : Le joueur déplace le panda de la même façon que le jardinier. Là où le panda s’arrête il mange une section de bambou qui atterri sur le plateau personnel du joueur.
  • Action objectif : Le joueur pioche un nouvel objectif parmi les 3 types proposés.
Takenoko plateau individuel

Le plateau individuel où sont résumés les actions disponibles. Les tuiles bébés sont issues de l’extension.

 

La fin de partie est déterminée par un nombre d’objectifs à atteindre, déterminé par le nombre de joueurs. Lorsque ce seuil de point est atteint ou dépassé, on termine le tour et on compte les points. Celui qui en a le plus a gagné. Simple.
Et en effet le jeu est très simple. Du 8 ans et plus, je ne le contredirais pas. Le thème coloré, et finalement original pour un jeu de plateau, attirera sans doute les « non-joueur » rebutés par la conquête d’empires ou l’élevage de moutons. La part de hasard dans la pioche et le dé empêche les fous de l’optimisation de prévoir à long terme un coup dévastateur. Néanmoins la réflexion est bien présente et même si on jouera souvent un coup par opportunisme on peut élaborer quelque stratégies voir obliger un adversaire à jouer un coup qui nous arrange.

Cela dit ça reste très light, un bon petit jeu quand on ne veut pas trop se prendre la tête mais qu’on veut un petit peu de réflexion malgré tout. C’est plutôt relaxant. Les parties sont courtes, moins d’une heure. Idéal pour jouer avec les enfants sans s’ennuyer.

Married… with Children

Parlons un peu de l’extension « Chibi » sortie en 2015.

Takenoko figurines

Photo de famille. Miss Panda est représentée par une nouvelle figurine, aussi jolie que l’original.

 

Alors que Mr Panda geekait « oklm » dans sa piaule de célibataire, voila pas qu’on lui colle une Miss Panda dans les pa-pattes. Et Miss Panda n’a qu’une obsession, les baybay ! Lorsqu’on déplace la miss sur la case de notre panda chéri, le joueur récupère un petit bébé. On notera que dans le cas inverse, le Mr panda se contente de manger une section de bambou comme à son habitude. Et c’est là qu’on se rend compte que le jeu est beaucoup plus ambitieux qu’il n’y parait puisqu’il se veut visiblement une critique acerbe des représentations des comportements hommes/femmes dans nos sociétés modernes. Ou pas.

Bref, les bébés pandas apporteront des petits points en fin de partie ainsi que des bonus immédiats : un aménagement, une irrigation ou la possibilité de changer un objectif de sa main. En plus, l’extension apporte de nouvelles tuiles comme la colline sacrée qui permet de faire pousser les bambous de la même couleur sur toutes les tuiles irriguées et non plus seulement sur les tuiles adjacentes. Je ne vais pas entrer dans les détails de l’extension, mais sachez qu’elle simplifie beaucoup le jeu de base, avec des objectifs moins contraignant et des tuiles cheatées. Les bébés étant en plus largement anecdotiques. A noter également que sur ma version les dos des tuiles et des cartes de l’extension n’ont pas la même teinte que celle du jeu de base. Vu qu’on est sensé tout mélanger, on sait lorsqu’on va piocher une tuile de l’extension. Alors honnêtement ça ne change pas grand chose dans le jeu vu qu’il y a pas mal de hasard, mais c’est regrettable tout de même.

Pour conclure, Takenoko est une oeuvre historique et sociologique majeure de ce début de siècle. Si vous avez des enfants, un mari ou une femme fan de panda mais pas porté sur les jeux de plateaux, prenez celui-ci (sans l’extension), succès garanti (sans remboursement possible, faut pas déconner).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *