Quadropolis Construire sans risquer une tuile

Quadropolis BOite

Quadropolis est le premier jeu de François GANDON, un monsieur très sympa que j’ai eu le plaisir de rencontrer.

C’est un jeu de 2 à 4 joueurs, proposant une partie classique et un mode expert, dont le but est de construire sa ville, à partir d’un plateau central proposant divers bâtiments, et de façons à faire un maximum de points en fin de partie. Ce qui veut dire que la ville ne sera pas forcément la plus « harmonieuse » (genre placer des jardins à côté des ports parce que comme ça, ça rappelle les bords de Marne ou la Croisette de Cannes…), mais celle qui va astucieusement permettre de réaliser des combos entre les bâtiments et marquer des tas de points à la fin de la partie.

Quadro Police

Ça c’est Quadro Police, mais c’est un autre jeu …

Quadropolis comment ça marche ?

Le jeu (en classique) se joue en 4 manches. Il y aura donc 4 fois 25 tuiles centrales sur le plateau où les joueurs pourront prendre les tuiles proposées pour les installées dans leurs villes. Chaque joueur dispose de 4 architectes, numéroté de 1 à 4.

Quadropolis plateau

Exemple, si l’architecte nu 2 est placé sur la deuxième ligne en partant du bas, sur le coté gauche du plateau, le joueur récupère donc un commerce (tuile violette avec un panier en icone). Mais pour la même tuile, on pouvait placer l’architecte nu 2 sur la deuxième colonne en partant de la gauche, en le plaçant en bas du plateau, ou l’arti nu 4 en partant du haut du plateau ou du coté droit…

 

Au cours de la manche, le premier joueur va choisir un de ses architectes pour le positionner autour du plateau central, et prendre la tuile désignée par le numéro de l’architecte choisi.

Il va alors placer la tuile récupérée sur son plateau individuel (plateau de 4 x 4 cases, numéroté en ligne et en colonne, en respectant la pose donnée par le numéro de l’archi joué : pour continuer l’exemple, il va pouvoir placer son commerce soit dans les cases de la colonne ou de la ligne 2 de son plateau individuel.

 

On place alors sur le plateau central, à la place de la tuile qui vient d’être prise, un pion dénommé « L’urbaniste ». Puis c’est au tour du joueur suivant de placer un de ses architectes, et ainsi de suite, en respectant à chaque fois deux choses : on ne peut placer un architecte sur un architecte déjà joué (oui, les archi joués restent en place. Ce qui veut dire que chaque joueur, au cours de la manche, va jouer (et pas forcément dans l’ordre, bien sûr) son archi 1 / 2 / 3 et 4), et on ne peut « pointer » son architecte directement vers l’urbaniste. A chaque tuile prise, on place l’urbaniste sur la tuile qui vient d’être prélevée.

Une fois les 16 architectes joués, il restera normalement 9 tuiles sur le plateau central, qui seront défaussées, et remplacées par les 25 tuiles de la manche 2. Pourquoi « normalement ? ». Parce qu’il se peut, au cours de la partie, que vous soyez bloqué par les architectes déjà posés et/ou par l’urbaniste : vous êtes alors obligé de prendre une case vide… dans ce cas, tant pis pour vous, vous ne prenez rien (mais bougez l’urbaniste), et au suivant… Il se peut aussi que vous n’ayez que le choix d’une tuile ne vous intéressant pas du tout : vous avez alors le droit de la défausser tout de suite, sans prendre les ressources de la tuile. Super transition, puisque cela m’amène maintenant à vous parler des ressources.

Mais auparavant, une page de pub. Ou plutôt, une dernière petite info sur la prise de tuile : il y une tuile habitation, dans la manche 1/ 2 /3 qui comporte un symbole de pion vert. Si un joueur la prend, il devient Maire, et sera le premier joueur de la prochaine manche. Si cette tuile n’est pas prise au cours de la manche, le Maire actuel reste Maire.

Les ressources

Passons maintenant aux ressources. Maintenant que vous savez prendre des tuiles et les placer sur votre plateau, on va parler de ce qu’elles vous apportent et de quoi elles ont besoin. En haut à gauche de la tuile, vous pouvez avoir des symboles, soit de meeples (habitants) ou d’hexagones en relief (baril d’énergie). A chaque fois que vous prenez une tuile qui comporte ces symboles, vous récupérez illico les ressources indiquées. Les habitations vous rapportent des habitants (de 1 à 3 max), les usines de l’énergie, les ports peuvent vous rapporter énergie, habitant, mix des deux. Les parcs, les services publics et les commerces ne vous rapportent aucune ressource, bien que certains services publics, comme certains ports, puissent aussi avoir des points de victoire bonus indiqués sur la tuile.

Ces ressources devront être utilisées à la fin de la partie pour vérifier que chaque tuile nécessitant d’être activée l’est bien. En effet, les habitations ont besoin d’une énergie pour avoir du chauffage, les usines, les ports, et les services publics d’ouvriers, de dockers et d’employés municipaux (donc habitants), les commerces d’énergie pour l’électricité. Les parcs sont spéciaux, on en reparle après. Vous pouvez donc tout au cours de la partie, positionner vos ressources sur votre plateau pour vérifier que vous avez suffisamment pour tout activer. Vous pouvez les repositionner, les enlever, faire ce que vous souhaitez avec, vu que c’est n’est qu’au moment des scores qu’on va les placer définitivement.

Si un bâtiment n’est pas pourvu en ressource nécessaires, il est désaffecté, et les bâtiments désaffecté, à Quadropolis, on les rase ! Comprenez on les retire du plateau, et ils ne comptent pas pour le score. Une fois encore, je rappelle que ce n’est qu’à la fin de la partie qu’on vérifie tout cela, pas en cours de jeu…

Par contre, attention, si vous avez des ressources en trop à la fin, ce n’est pas bon non plus. SI vous avez des habitants sur le carreau, ce sont des chômeurs sans emploi, vous gérez mal votre ville, et vous avez donc -1 points par habitant chômeur. Si vous avez trop d’énergie, vous polluez, et ça, c’est mal ! -1 point par baril en trop. Heureusement, les parcs sont là ! (enfin, si votre ville ressemble plus à Limoges qu’à la zone indus de Dunkerque…) Les parcs peuvent (en potion, non obligatoire) absorber un baril d’énergie en trop par parc. François GARDON, l’auteur, explique que le Co2 est absorbé par les arbres. Lorsque j’explique les règles, j’ajoute que les cyniques peuvent enterrer le baril de produit toxique profond sous le parc.. Mais il est vrai que la première explication est plus écolo-responsable !

Ne me reste plus qu’à vous expliquer comment on marque les points. La transition est moins top, j’avoue.

Les Points

Bon ben donc, sans transition, les points: On les marque de 7 façons différentes, mon cher. Une façon par type de construction (habitation, parc, commerce, usine, services municipaux, ports) et la septième pour les points bonus attribués par les ports ou les services municipaux. Ah ! Précision parce que j’ai déjà eu la question, non, les tuiles ne deviennent pas « plus fortes » à chaque manche.

  • Les habitations : ce sont les seules tuiles que l’on peut empiler sur son plateau, au max de quatre étages. On les empile soit en plaçant des architectes qui permettent de poser sur la même ligne ou colonne qu’une habitation déjà existante, ou bien en utilisant l’architecte qui correspond au numéro de l’étage de la maison à construire (exemple, ma maison est en ligne 3, colonne 4, je peux utiliser mon archi nu 2 pour faire le deuxième étage, même si ma maison n’est pas sur la ligne ou colonne 2). Une maison n’a besoin que d’une énergie pour être activée, vive le chauffage collectif ! ).
  • Les parcs : rapportent des points s’ils sont entourés (toujours de façon orthogonale. Oui, ça veut dire que les diagonales ne fonctionnent pas.) par des maisons.
  • Les commerces : s’ils sont activés par une énergie, ils peuvent accueillir jusqu’à 4 habitants pour marquer des points.
  • Les usines : comme les parcs, mais entourés par des commerces et/ou des ports.
  • Les services municipaux : votre plateau personnel est composé de 4 quartiers, si vous placez un service municipal par quartier, ça vous rapporte.
  • Les ports : on compte la plus haute ligne et colonne de ports contigus, et on regarde le barème.

Le conseil du chef

A part le petit salé aux lentilles, n’essayez pas de scorer sur tous les tableaux, c’est bien sur inutile. Essayez de faire des combos entre bâtiments pour remporte le maximum de points. Et oui, cela veut dire que vous pouvez avoir des cases vides sur votre ville à la fin de la partie, sans problème.

Mon avis perso

Quadropolis est simple (à comprendre, dur à maîtriser), 15 minutes d’explications de règles, 40 à 60 minutes par partie, sympa et amusant. Rejouabilité immense, évidemment. A noter qu’il y a une possibilité de jouer en expert, apportant deux nouveaux types de tuiles, et de nouvelles façons de marquer des points.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *