Boss Monster : Master of the Dungeon Parce que le boss, c'est pas pareil que le Master, tu vois ?

Cette semaine, je vais vous présenter un jeu encore à l’état de prototype, et pour cause, il ne sortira qu’en mars prochain. En effet, il me semblait intéressant d’aborder dans ce thread le financement collaboratif, et quoi de mieux pour cela qu’un projet ayant réussi à être financé en moins de 48h sur Kickstarter ?

Il ne s’est d’ailleurs pas arrêté en si bon chemin, puisque le 18 novembre dernier (date de fin d’une campagne qui aura duré un mois), Boss Monster : Master of Dungeon s’est payé le luxe d’atteindre la coquette somme de 215056 $ (soit environ 1800% des objectifs fixés !!).

De la genèse…

Boss Monster : Master of the Dungeon est un jeu de cartes créé par deux frères, Johnny et Chris O’Neal, fondateurs de Brotherwise Games. Ce jeu est une ode au geek trentenaire que je suis, dans la mesure où il puise son inspiration dans de nombreuses références du genre.

D’une part, la thématique principale est le Dungeon Crawling (et j’imagine que sur CPC avec Dwarf Fortress ou Legend of Grimrock, ce style de jeu doit en faire frémir plus d’un). Cependant, les créateurs du jeu ont préféré opter pour le côté obscur de la force, et ont renié le sacro-saint credo : ‘porte/monstre/trésor’ pour un autre plus pragmatique ‘touche pas à mon trésor !’. En effet, si l’on devait faire un parallèle avec le jeu vidéo par exemple, Boss Monster : Master of the Dungeon serait la version Jeu de Cartes de Dungeon Keeper (loué soit son nom !) ou du plus récent Tiny Heroes sur tablette. Et comme dans ces pépites ludiques, le joueur incarnera une entité supérieure (le Boss) et devra protéger son donjon contre les assauts répétés de différents héros cherchant à lui piquer son précieux ^^.

D’autre part, le design choisi pour l’occasion est particulièrement adapté au côté retro du titre, car il s’agit de pixel art excessivement détaillé et plein de références à la culture geek et fantasy. Initialement, les deux frères avaient envisagé se charger eux-mêmes des illustrations mais au final, devant l’ampleur du travail, ils se sont rapprochés des deux artistes que sont Katrina Guillermo et Kyle Merritt, pour un résultat des plus réussis.

Des mécanismes…

Boss Monster : Master of The Dungeon, comme précisé plus haut, est un jeu de cartes, ou plutôt un ‘standalone card game’, à la différence de ‘collectible card game’ ou jeu de cartes à collectionner comme Magic. Cependant, il s’inspire clairement de ce dernier en termes de gameplay, ainsi que d’Ascension au niveau de l’accessibilité. Il se positionne comme un jeu de 2 à 4 joueurs, pour des parties rapides (30 minutes maximum). Ainsi, en considérant l’apprentissage des règles (simplissimes), une première partie devrait durer aux alentours de 45 minutes. Bien évidemment, ce n’est pas parce que les règles sont faciles à appréhender que le jeu est simpliste, loin de là. En effet, les joueurs se devront de connaitre les effets de chacune des cartes, mais également des combinaisons réalisables à partir de certaines d’entre elles, sous peine de subir quelques cuisantes (mais jamais frustrantes) défaites ^^’

Mais rentrons dans le vif du sujet, au début de la partie, chacun des joueurs tirera au hasard un boss (parmi une dizaine) qu’il incarnera le reste de la partie. Les cartes Boss sont présentées de la façon suivante :

Deux informations sont primordiales sur cette carte. En bas à gauche vous trouverez une valeur d’expérience (XP) qui ne servira qu’à déterminer l’ordre de jeu. Le boss ayant la valeur d’XP la plus élevée débutant la partie et chacun des tours suivants. Dans la partie centrale, vous trouverez la plupart du temps un texte explicatif sous la référence Level up. En effet, l’objectif principal du jeu sera de construire son donjon et l’améliorer pour résister aux assauts des héros qui viendront fatalement le visiter. Et comme vous l’imaginez bien, nous sommes limités en nombres de salles construites dans notre donjon, et c’est la que la capacité de level up intervient. Lorsque vous atteignez pour la première fois 5 salles construites, vous devez réaliser l’action de level up de votre boss.

Ensuite, le cœur du jeu consiste en la construction ou l’amélioration de salles dans son donjon, il en existe de deux types, des ‘Monster Room’ et des ‘Trap Room’, différenciées par le picto et la couleur du fond de celui-ci. En effet, un fond de couleur gris indiquera une salle de base, alors qu’un fond doré correspondra à une salle avancée, mais nous y reviendrons plus tard dans l’explication…

Sur ces cartes, il existe également une capacité principale susceptible de se déclencher à la construction, à la destruction ou en cours de jeu, ainsi qu’une valeur à l’intérieur d’un cœur noir, qui indique les dégâts infligés par cette salle à chaque héro susceptible de la traverser.

Mais que serait un donjon sans héros pour l’explorer ? Il en existe de 4 types principaux (Clerc, Guerrier, Mage et Voleur) et de deux qualités (normale et épique). Ces héros, par analogie avec les salles précédemment explicitées, possèdent eux aussi une valeur dans un cœur (rouge cette fois ci). Cette valeur correspond aux points de vie du héro en question, et donc au nombre de dégâts que vous devez lui infliger pour le terrasser. Car la est tout le problème de ce jeu, il existe une condition de victoire ainsi qu’une condition de défaite. La première consiste à accumuler 10 gemmes (obtenues en tuant des héros), la seconde se déclenche lorsque le boss se voit infliger un total de 5 blessures ou plus (symbolisées par les gouttes de sang sur les cartes des héros).

Jusqu’ici, tout semble limpide non ? Mais, il y a un aspect du jeu que je ne vous ai pas expliqué, et les plus attentifs d’entre vous l’auront déjà remarqué : a quoi donc servent les symboles épée, ankh, sac d’or, ou livre que l’on peut retrouver sur chacune des cartes précédemment présentées ? Et bien tout simplement à déterminer vers quel donjon va se diriger chaque type de héro, et c’est la que ce jeu prend toute sa dimension, car l’objectif de celui-ci ne sera plus uniquement de survivre aux héros susceptibles de venir visiter son donjon, mais surtout réussir à concilier attractivité de son donjon et capacité à se débarrasser des différents héros ! Et c’est également là qu’apparait un autre type de cartes dans le jeu, à savoir les cartes sorts qui peuvent par exemple interagir avec les donjons adverses ou vous permettre de tuer plus facilement un héro récalcitrant ^^

En bref, chaque tour de jeu se décompose de la façon suivante :

  1. Arrivée des héros en ville (On pioche autant de héros qu’il y a de joueurs)
  2. Pioche (Chaque joueur pioche une carte dans le paquet Room)
  3. Construction (Chaque joueur peut choisir une salle dans sa main, et la poser face cachée soit sur un emplacement libre (en construisant toujours de la droite vers la gauche), soit sur un emplacement occupé, puis la révéler simultanément. Dans ce cas précis, et si le joueur désire construire une salle avancée, il doit respecter le prérequis suivant : la salle recouverte avec la carte avancée doit contenir au moins un ‘butin’ (épée, ankh, etc…) en commun)
  4. Appat ? ou Bait (si vous avez une meilleure traduction n’hésitez pas ^^’) (Chaque héro va se sentir irrésistiblement attiré par le donjon possédant le plus de butin en commun avec son type)
  5. Aventure (Les héros parcourent les donjons dans l’ordre de l’XP des boss bien évidemment).

Sauf pour le tour 0, ou tour de préparation, ou chaque joueur, dans l’ordre de l’XP du boss, pioche 5 cartes Room et 2 cartes Spell, en choisit 2 et les défausse, puis construit gratuitement la première salle de son donjon.

Voir la vidéo de gameplay…

Du financement…

Comme annoncé en préambule, Boss Monster : Master of Dungeon est un projet Kickstarter, et comme tout jeu financé ainsi, les personnes ayant décidé de le soutenir sont susceptibles d’accéder à divers objets promotionnels, voire même des exclusivités, en plus de l’apparition de son nom ou pseudo dans les crédits du jeu ^^

En ce qui me concerne, j’ai opté pour un soutien de l’ordre de 80$ (fdp out), fort justement appelé : Super Speed, me donnant accès au jeu de base, à un guide stratégique, une bande son d’une dizaine de minute (style 8 bit ^^), plusieurs exclusivités kickstarter, la mini extension Tools of Hero Kind, et enfin une version prototype, qui nous aura permis de tester le jeu en avant première ^^

En plus de ces bonus, et comme les plateformes de crowdfunding le pratiquent quasi systématiquement, chaque objectif de financement dépassé octroie des avantages supplémentaires (comme des protections de cartes, des cartes foils, etc…).

Au final, pour tout lecteur avisé (ou ayant eu le courage de lire le pavé précédent), il apparaîtra évident que Boss Monster : Master of Dungeon est une référence pour mon association et moi-même, et j’ose espérer que cette chronique vous aura donné envie de l’essayer, voire de supporter leur prochain projet, prévu pour l’été 2013 !

Sources :
http://www.kickstarter.com/projects/…ding-card-game
http://bossmonstergame.wordpress.com/
https://www.facebook.com/BossMonsterGame
http://bossmonster.wikia.com/wiki/Bo…Card_Game_Wiki

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *