Dixit Jeu de mots

Dixit

Il arrive parfois que la proposition de se lancer dans une partie de jeu de plateau échoue pathétiquement, telle une tentative de drague pendant une oraison funèbre. La faute, généralement, à une thématique jugée trop enfantine par des convives trop coincés.

Vous sentez que l’incarnation de chevaliers de la Table Ronde, de héros grosbillesques armés d’épées karaoké et de sandwiches chocolat-moule-anchois ou la micro-gestion d’une exploitation agricole va être mal accueillie ? Dixit est là. Sachez vendre le bébé et annoncez que vous allez jouer avec les mots, l’esprit et la Culture, avec un grand C. Ou toute autre formulation plus pompeuse que vous jugerez adéquate. Ca permettra sans doute de les déculpabiliser. En réalité, il ne s’agit là que d’une variante, plutôt maline, de Pictionnary inversé où le verbe remplace le crayon.

Chacun son tour, l’un des joueurs est « conteur » et choisit une image, parmi les six qu’il a en main, et y associe un mot, une phrase, une expression… Tous les autres en choisissent également une, la plus proche possible de l’indice donné. Toutes les images sont mélangées et retournées. Les joueurs votent alors pour l’image qu’ils pensent provenir de la main du conteur.

L’objectif de ce dernier est donc d’être clair, mais pas trop (il gagnera autant de point si tout le monde trouve que si personne ne capte la référence, c’est à dire aucun) et les autres, eux, doivent tenter de deviner le cheminement intellectuel de leurs concurrents pour tenter de brouiller les pistes. Car si l’on gagne des points en trouvant l’image du conteur, on en récolte aussi pour les mauvaises réponses qui ont désigné la nôtre.

dixit cartes

Déduire dans les pensées

Mais je sens bien que ce n’est pas tout à fait clair, notamment pour les deux du fond, là, qui ont passé leur soirée à s’hydrater au picon-gin-éthanol… Alors prenons un exemple : un couple lambda (appelons les A et B pour plus de commodité) joue avec Gontran et Clotilde, un couple d’amis très gentils qui ont offert un géranium à B pour la remercier de son accueil.

C’est au tour de Gontran d’être le conteur. Il choisit son image et, sûr de son fait, déclame : « Elle a des jambes à faire sauter les boutons de braguette ». Un peu décontenancés, les autres joueurs tentent de trouver dans leur jeu une image correspondant à cette tirade et la place face cachée au milieu de la table. Gontran les mélange et les retourne toutes. On y trouve une esquisse évoquant un koala qui fait du skate, une HLM insectoïde, des formes géométriques rouge foncé sur un fond rouge clair et un visage féminin recouvert d’un plat à paella. Le verdict révèle deux votes pour le plat à paella et un pour le koala.

Gontran vient de faire un bide, il n’inscrit aucun point et, pire, en fait marquer deux à tous les autres, auxquels s’ajoutent deux pour Clotilde, qui avait posé le koala, et un pour A, propriétaire du plat à paella. Gontran est dégoûté, hurle à Clotilde qu’elle, au moins, aurait pu trouver son habile référence, qui était une citation de Guillaume Musso, leur auteur préféré à tous les deux, et dont la couleur préférée est évidemment le rouge, et que sa mère avait raison quand elle lui répétait qu’il avait épousé une connasse inculte, avant que Clotilde ne lui refasse la dentition à coups de géranium en pot en le traitant de beauf’ sans couille, tout en lui piquant les clés du Range Rover pour rejoindre la sienne, de mère.

Bon, réflexion faite, ce n’est peut-être pas le meilleur exemple. Mais pour de vrai, Dixit est très sympathique. D’autant qu’il existe aujourd’hui un tas d’extensions qui évitent de voir revenir tout le temps les mêmes images et un paquet de variations imaginées par les joueurs : imposer une thématique, comme le cinéma ou la littérature, limiter le nombre de mots que l’on peut employer… En cherchant sur internet, on trouve des tonnes de suggestions.

lapin-couleur

Article original paru dans le magazine Canard PC

Référence dans les médias sur le jeu vidéo, Canard PC est le seul magazine de jeux vidéo en France à avoir plus de 10 ans d’existence sans interruption ni changement de propriétaire. Irrévérencieux, indépendant et engagé, sa ligne éditoriale n’a pas changé depuis sa fondation et il est reconnu comme une source d’information fiable et sans compromis par les joueurs comme par les professionnels du jeu vidéo.

Toutes les 2 semaines en kiosques ou en version numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *