Findevier à la recherche des animaux en bois pour quat'sous

Findevier matériel

Dans ce petit jeu (trouvé en Allemagne, mais aucun texte sur le matériel) accessible à partir de 3 ans, les joueurs recherchent les animaux sauvages sur des jetons en bois pour gagner des pièces (en bois également) et de jolies cartes (en carton les cartes, par contre).

Le matériel flatte l’œil, tout de bois vêtu (l’ais-je dit ?) et accompagné de belles tuiles carrées façon « Memory ». Les illustrations sont délicieusement vintage mais pas moches, ça change de l’habituelle soupe cartoon qui habille un peu trop de jeux actuels.

Mise en place

La mise en place est digne d’un bon gros jeu à l’allemande avec ses bouts de bois et de cartons dans tous les sens… Jugez plutôt : on dispose les 10 jetons imprimés recto/verso sur la table et on tire la première carte face visible. C’est fini. A noter que ça marche très bien avec une table en bois.

Principe

Il y a 4 exemplaires de chaque animal réparti sur les 2 x 10 = 20 faces des jetons. Ceux-ci étant disposés sur une table (voir paragraphe précédent « mise en place »), seules 10 faces sont visibles.

Dans notre exemple, la carte montre un lapin, et un seul lapin est visible sur les jetons (en jaune en haut). Il faut donc disposer 3 pièces en bois au centre, une pour chaque lapin restant à trouver.

A tour de rôle, chaque joueur va retourner un jeton. S’il trouve un lapin, il gagne une pièce en bois, voire, dans le cas du dernier lapin, une pièce en bois ET la carte en question. En général, c’est là que le gamin crie de joie en ramassant sa pièce en bois et en narguant les autres.

Y a-t-il un lapin jaune sous ce hérisson ?

 

HAHA NON RATÉ c’était un hibou. A MOI. ET PAAAANNN, voilà le lapin, droit sous le sanglier mon petit père ! Encore une pièce pour Papa !! Aloooors, c’est qui le patron, hein ?!

 

Puis rebelote, on pioche une nouvelle carte, on pose autant de pièces que d’animaux de ce type manquants et c’est reparti pour un tour.

Allez, 2 renards à trouver, 2 pièces. C’est à qui de jouer ?

 

Si on commence à un peu trop retenir les dispositions (je sais qu’il y a un hérisson sous ce hibou), on peut remélanger tous les jetons.

A la fin de la pioche des tuiles, on fait le total, un point par pièce et par carte. Le gagnant a le droit de se vanter mais pas trop, ça reste un jeu pour petiots, un peu de sérieux tout de même.

Et c’est bien ?

Vous l’aurez compris à lecture de ces lignes, on est ici dans du velu, du bien troussé, du gros dur, du lourd de chez lourd ! Les parties durent bien 10 minutes. En tout cas, ma fille de 3 ans fronce très fort les sourcils pour tenter de battre son grand frère.

Au final et l’air de rien, c’est un de ces jeux « tout con tout bon » qui marche bien avec les petiots, idéal pour une initiation et comme on aimerait en voir plus souvent.

Enfin, touchons du bois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *