Helvetia Cup 2 équipes 1 cup (désolé)

Des dragons, des fous du roi, un ballon de football mais bon sang, c’est BLOOD BOWL !!! Mais ?? C’est quoi ces règles famille dans la boîte ? Sacrilège !

Et bien non, il s’agit d’Helvetia Cup, le premier jeu du petit éditeur suisse d’Helvetia Games. Ce dernier a une idée assez innovatrice : ils ont créé un univers médiéval fantastique où chaque jeu développe une partie de cette histoire. On retrouve donc une forme de cohérence et d’homogénéité entre les différents jeux, notamment sur le design, splendide au demeurant.
Concernant le matériel du jeu, il est d’assez bonne qualité même si on aurait préféré un carton un poil plus épais pour les carte. Les figurines par contre sont très réussies et sont fournies déjà peintes (ce qui est plutôt rare de nos jours).

Le jeu présente deux règles : une version famille qui va consister essentiellement en un jeu de placement plutôt bien pensé et une version geek dont je vais tâcher de vous présenter les principales caractéristiques. Chaque joueur sur le terrain possède une carte qui lui est propre sur laquelle figurent ses caractéristiques. Les jetons gris représentent des boosts permettant au pion d’effectuer un déplacement supplémentaire lorsqu’on le bouge. La réussite des passe, interceptions tacle etc se règlent selon un schéma classique de jet de dés en opposition. Sans rentrer dans les détails, les habitués des jeux de rôles ne seront pas dépaysés et une petite carte d’aide permettra aux autres de se rappeler comment ça marche.

Plus en détails, une phase de jeu se déroule comme suite :

  • l’attaquant déplace ses pions
  • le défenseur déplace ses pions
  • le défenseur tente de prendre la balle
  • l’attaquant tente de faire des passes/tirer

Il faut savoir que les bords du terrain permettent de se déplacer plus vite en effectuant un débordement et que les boosts peuvent aussi servir à se déplacer d’une case en plus. On répète cette phase de jeu jusqu’au but ou lorsque la défense récupère la balle. Le défenseur devient alors attaquant et vice versa. Le tour reprend ensuite comme précédemment.

Le défenseur peut :

  • tacler (risque de blessure/carton)
  • piquer le ballon (pas de risque)
  • mettre la pression

L’attaquant peut :

  • faire une passe courte (risque d’interception si un joueur se trouve entre les deux attaquants)
  • faire une passe longue (risque d’échec aux dés)
  • tirer au but (comme expliqué plus haut)
  • faire une reprise de volée (plus risqué que le tir simple)
  • faire une tête (comme le tir, mais utilise une compétence différente du joueur)

Notons que le jeu tient aussi compte du hors-jeu à condition que l’adversaire le remarque.

Les tirs aux buts sont gérés d’une manières assez ingénieuse : chaque joueur prend son but. L’attaquant va sélectionner l’un des six emplacements. Le gardien fait de même en sélectionnant plus de zones si le joueur est plus éloigné. Si le gardien a choisi la même zone que l’attaquant, c’est un arrêt. Sinon, l’attaquant peut tenter un jet de réussite. Là où ça devient plus intéressant qu’un simple « guess », c’est que chaque zone ne représente pas la même difficulté. Ainsi, l’attaquant pourra prendre une zone plus « dure » en pensant que le gardien ne l’a pas prise mais prend le risque de rater le jet (cela dépend de l’angle par rapport au but et de la zone visée). Le tout étant encore dépendant de la compétence de tir du joueur.

Tous ces éléments peuvent paraître chaotiques. Cependant, Helvetia Cup est un jeu relativement rapide 45m-1h et donc le hasard convient parfaitement. De plus, chaque équipe possède des cartes « pouvoir » qui vont ajouter de la diversité grâce à leur côté fun. En somme, il s’agit d’une vraie bonne surprise et d’une chouette découverte.

L’un des points que j’apprécie tout particulièrement dans ce jeu, c’est l’existence des deux règles. La version famille n’est pas une version au rabais. Il s’agit d’un jeu à part entière avec ses propres mécanismes.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *