Les Palais de Carrara Ou tu montres ton...batiment au roi parcequ'il est sympa

Qu’est-ce ?

Dans Les Palais de Carrara les joueurs incarnent des architectes, euh non des partriarches italiens de la renaissance qui vont faire construire des bâtiments dans différentes villes de toscane pour les montrer au Roi parce que… il est sympa? Non, décidément, Les Palais de Carrara n’est pas un jeu à la thématique forte. Il s’agit d’un jeu de gestion de « kubenbois » dont le but est d’accumuler les points de victoire avant qu’un joueur ne remplisse les conditions de fin de partie, ou qu’il n’y ai plus de bâtiments à construire.

Le matériel, du carton épais (même les paravents!) et des pions en bois.

Comment on joue ?

Chacun son tour, les joueurs auront le choix d’exécuter une action parmi les suivantes:

  • Acheter des ressources sur la roue du commerce
  • Construire un bâtiment (en utilisant des ressources)
  • Faire évaluer une catégorie de bâtiments ou une ville par le Roi

Acheter des ressources

La roue dicte les lois du marché.

Le plateau est fixée une roue avec différents sections qui vont être plus ou moins remplies en ressources. Ces ressources sont des pierres de différentes origines et qualités, classées par ordre de valeur: blanc (marbre), jaune (calcaire?), rouge (chose), vert (euh), bleu (?) et noir (…). Lorsqu’un joueur décide d’acheter des ressources, il fait pivoter la roue d’un segment, puis complète le segment qui se trouve en face du I sur le plateau, en piochant des ressources dans le sachet en tissu, de sorte qu’il y ai au total 11 ressources sur la roue. Il peut ensuite choisir un segment et acheter toutes ou un partie des ressources se trouvant sur le segment, au prix indiqué sur le plateau, en face du segment qu’il a choisi. Les prix varient en fonction de la couleur des ressources, et si aucun prix n’est indiqué pour une certaine couleur, il s’agit alors d’un achat gratuit (si si). Du coup, acheter des ressources modifie le prix des futurs achats pour tout le monde.

Construire un bâtiment

Sur le plateau, il y a toujours huit bâtiments révélés, que les joueurs peuvent choisir de construire. Ces bâtiments ont une valeur (de 1 à 5) et un type (palais, cathédrales, bibliothèques, portes, villas et châteaux) qui est associé à un objet (blasons, calices, livres, drapeaux, couronnes et portes).

Pour construire un bâtiment, le joueur choisi une ville pour l’accueillir, et doit dépenser un nombre de ressources égales à la valeur du bâtiment, en choisissant un ensemble de ressources de la couleur de la ville et/ou de ressources plus luxueuses. Par exemple, vous construisez un palais 4 à Lucca (rouge), vous pouvez dépenser deux ressources rouges, une jaune et une blanche, mais aucune verte, bleu ou noire.

Il place ensuite le bâtiment devant la ville en question sur son petit plateau personnel.

Evaluer un type de bâtiments ou une ville

Vous avez suivi jusqu’ici? Vous êtes des vrais, des tatoués, des velus. Mais ne relâchez pas votre attention, ça se corse!

Chaque joueur dispose de six pions (semblables à ceux des échecs) à sa couleur, l’un d’entre eux est utilisé pour comptabiliser son avancement sur la piste de score, et les autres serviront à évaluer.

Si un joueur décide d’évaluer une ville, il doit s’assurer d’y avoir construit deux ou trois bâtiments (selon la ville), le cas échéant, il pose son pion sur la ville, sur le plateau central. Chaque ville lui octroie soit des pièces, soit des points de victoires. Pour en calculer la quantité, il compte la valeur de base de la ville (deux points de victoire pour Lucca par exemple), qu’il multiplie par la somme des valeurs des bâtiments qu’il a construit dans cette ville (qui sont disposés devant son plateau personnel). Puis il récupère un objet pour chaque bâtiment dans cette ville (ces objets sont associés au type du bâtiment). Une fois qu’une ville a été évaluée par un joueur, plus aucun joueur ne peut l’évaluer jusqu’à la fin de la partie.
Par exemple: Lucie évalue Lucca, elle y a construit une bibliothèque de valeur 4 et une villa de valeur 2, elle gagne 2 x (4+2) = 12 points de victoires et récupère un livre (bibliothèque) et un blason (villa).

Si un joueur décide d’évaluer un type de bâtiment, il pose son pion sur la case correspondant au type de bâtiment sur son plateau personnel. Il compte ensuite le nombre de pièces et des points de victoires qu’il reçoit par chaque bâtiment de ce type, dans chacune des villes ou il en a constuit. Il récupère ensuite un objet par bâtiment ainsi évalué (le type d’objet étant associé au type du bâtiment). Ce joueur ne peut plus évaluer ce type de bâtiment jusqu’à la fin de la partie.
Par exemple: Joe évalue ses cathédrales, il en a une de valeur 2 à Lucca (2 x 2 = 4 Pvs), une da valeur 4 à Massa (4 x 1 = 4 PVs) et une de valeur 1 à Pise (1 x 3= 3 pièces), pour un total de 8 points de victoire et 3 pièces. Il récupère trois calices (trois cathédrales).

On s’arrête quand ?

Pour que la partie s’arrête, il faut qu’un des joueurs remplisse les trois objectifs, on finit ensuite le tour de plateau et on comptabilise les points. Pour une mise en place « débutant », ces objectifs sont:

  • Effectuer quatre évaluations
  • Récupérer 7 objets (chaque objet vaudra 3 points)
  • Avoir construit des bâtiments dont les valeurs cumulées égalent ou dépassent vingt-quatre (les valeurs cumulées des bâtiments seront comptabilisé en points de victoire)

Egalement, le jeu peut s’arrêter s’il n’y a plus aucun bâtiment à construire, et on comptabilise tout même les points des objectifs (soit 3 points par objet et les valeurs cumulés des bâtiments).

Tu as parlé d’une mise en place « débutant » ?

Oui, car les règles telle qu’expliquées sont tronquées d’un bon nombre d’options pour faciliter l’apprentissage. Les auteurs conseillent de jouer deux parties de cette manière avant d’attaquer la version avancée qui ajoute pas mal de règles:

  • Des objectifs différents à tirer aléatoirement pour varier les parties
  • Lors d’un achat, on peut choisir de ne pas tourner la roue.
  • On peut améliorer un bâtiment en un bâtiment d’une valeur supérieure (et pas forcément du même type)
  • Des bâtiments d’une valeur de 8 sont ajoutés, construire un tel bâtiment octroie en bonus une amélioration de ville à choisir, qui va augmenter les pièces/points de victoires gagné lors d’une évaluation pour une ville au choix.
  • La possibilité d’évaluer les bâtiments urbains (sur fond jaune, soit les bibliothèques, portes, cathédrales et palais) ou les bâtiments ruraux (sur fond vert, soit les villas et les châteaux), qui rapporteront la somme de leurs valeurs en pièces (urbains) ou en points de victoire (ruraux) sans tenir compte des villes dans lesquelles ils se trouvent.

 

Les auteurs, apparemment fier de leur « bébé ». Oui le jeu de société autorise ce genre de « mariage ».

Et c’est bien ?

Si vous avez suivi l’explication jusqu’ici, vous vous rendrez compte qu’il n’y a rien de révolutionnaire dans ce jeu. Mais la fluidité des tours de jeu et les nombreuses manières de marquer des points en font un jeu très calculatoire, avec un bon équilibre entre opportunisme vil et constructions de combos de la mort. Les amateurs de gestion apprécieront la mécanique bien huilée, les joueurs plus occasionnels ne se sentiront pas perdus dans les règles version « débutant » et ceux qui cherchent le fun à base de coups de p**** … passeront leur chemin.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *