Love Letter Je t'aime, moi non plus.

Je me sens obligé de vous parler de Love Letter, LE petit jeu de cartes trop mignon et super futé pour occuper les premiers éliminés d’une partie de BANG ! (genre au tour 1).

Il existe aujourd’hui de très nombreuses versions de Love Letter.

La version japonaise d’origine, les versions « occidentalisées » de AEG (en anglais) et Filosofia (FR), une version Hobbit, une version Adventure Time, et moults versions « fanmade » dont une Game of Throne / GTA / années 80, et… Ah, si quand même, je me disais aussi… plusieurs versions StarWars.

HOHMMMONDIEU je découvre en écrivant cet article LES versions Disque-Monde… ET LA VERSION DUUUNE !!!
Hreum… Excusez-moi…

Reprenons !

Pour éviter d’autres crises cardiaques, je parlerai ici de la version classique, francophone, de Filosofia.

La Reine est morte, et sa plus jeune fille, la princesse est toute triste, et nous allons tenter de la divertir, de devenir sa meilleure ami ou son amoureux secret…

L’objectif est d’avoir en main à la fin de la manche la carte de plus haute valeur (= le personnage le plus proche de la princesse qui pourra lui confier votre lettre (ou pas)) ou d’avoir éliminé tout le monde (= d’avoir réussi à intercepter les missives de vos concurrents).

On distribue une carte à chaque joueur, on en écarte une, et chaque joueur à son tour, pioche une carte, et choisit parmi les deux qu’il a en main une carte qu’il défausse.

La plupart des cartes ont un « pouvoir de défausse » qu’on est obligé d’appliquer. On peut se « cibler » soi-même, et on a même des fois pas le choix !



La princesse
: C’est la carte la plus forte (valeur 8), si vous l’avez en main à la fin de la partie, vous avez forcément gagné (elle n’est qu’en un seul exemplaire). En revanche, si vous la défaussez (ou si on vous FORCE à la défausser :trollface:), vous êtes éliminés.

La comtesse : La meilleure amie de la princesse, donc la plus à même de transmettre vos petits mots doux (elle vaut 7, n’est présente qu’une seule fois), mais respecte le protocole. Elle s’écarte devant le roi et le prince.
Concrètement, si vous l’avez en main en même temps que l’un de ces deux personnages (ou que la princesse, je vous laisser deviner pourquoi), vous DEVEZ la défausser.

(point de règle : on a le droit de tricher, mais il ne faut pas jouer avec des tricheurs)

Le roi (6, un exemplaire) : Si vous jouez (défaussez) un Roi, vous échangez votre deuxième carte avec l’un des autres joueurs. Attention ! C’est une stratégie risquée, votre adversaire connait désormais votre carte !

Le prince (valeur 5, et… on commence avec les cartes présentes en plusieurs exemplaires ! 2 en ce qui le concerne) : Il force un adversaire à se défausser de sa carte et à en piocher une autre (si c’est la princesse…).

La servante (bon, là, ça y est, on commence à sortir du grattin, avec les premiers serviteurs), valeur 4, deux exemplaires. La servante garde la porte de la princesse… Lorsque l’on joue une servante, on ne peut plus être ciblé par les autres joueurs jusqu’au début de son prochain tour.

Le baron (valeur 3, deux exemplaire également). Le baron complote dans l’ombre… Quand il est joué, il compare secrètement sa [u]deuxième[u] carte avec celle d’un adversaire, le plus faible est éliminé, mais dévoile sa carte ! Si vous avez réussi à éliminer une comtesse, il n’est pas trop difficile de devnier votre carte !

Le prêtre (il y en a deux, et sa valeur, vous l’aurez deviné est de 2 (on arrive au bout !)) recueille les confessions de ses contemporains. Lorsque vous le jouez, vous pouvez regarder (secrètement) la carte d’un autre joueur.

Les gardes enfin, il y en a 5, et ils ne valent que 1, mais ils permettent d’éliminer un joueur si on arrive à deviner sa carte (les gardes ne se dénoncent pas entre eux).

C’est rapide, c’est très fin et très intelligent, et ça a l’excellent avantage de pouvoir être sorti avec n’importe qui (pas de zombis, d’aliens, de mitrailleuses, de mouton-kawaïs…).

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *