Mr. Jack je le connais bien, même que son prénom c'est Daniels.

Jack l’éventreur ? Vous connaissez ? Mais si, c’est l’assassin qui a sévi dans le quartier de Whitechapel à Londres dans les années 1880. Ce tueur en série s’en prenait aux prostituées dans ces quartiers pauvres.

Mr. Jack reprend cette thématique, mais seulement pour le côté enquête (non non, on va pas tuer des gens).
C’est un jeu pour deux joueurs, le premier jouant le rôle de « Jack » et le second celui de la « Police ».
Et c’est la que les objectifs différent. Le joueur « Jack » devra réussir à s’enfuir du quartier ou à tenir jusqu’au lever du jour sans se faire attraper, le joueur « Police » quant à lui devra empêcher Jack de s’enfuir, mais surtout réussir à le démasquer et l’attraper avant que la journée ne débute.

Plateau de jeu.

Le plateau de jeu est composé de cases hexagonales sur lesquels vont pouvoir se déplacer 8 personnages. Chacun de ses personnages vont avoir un nombre de cases de déplacement, et un pouvoir spécial qui va influencer grandement la façon de jouer. On trouve aussi des bouches d’égouts, permettant de rendre les mouvement sur le plateau aisés, des « sorties », au nombre de 4, dans les coins, et barrières bloquant certaines issues, ou encore des lampadaires, certains s’arrêtant selon le tour de jeu, certains pouvant être déplacés.

Au début du jeu, « Jack » (comprendre le joueur qui joue se rôle), va tirer aléatoirement, et secrètement une carte qui lui annoncera qui parmi les 8 personnages est Jack l’éventreur. Ce sera donc ce personnage qu’il faudra exfiltrer, et surtout éviter de le faire capturer.

Le jeu se compose de 8 tours. A chacun des tours, 4 personnages au total seront retournés puis activés, 2 par le joueur « Jack », et 2 par le joueur « Police ».
C’est la ou le point le plus important du jeu est mis en avant. Les personnage à la fin d’un tour ont 2 « statuts » possibles :

  • Visible : Le personnage est soit dans la lumière (sur une case adjacente d’un lampadaire), soit à côté d’un autre personnage (case adjacente)
  • Dans l’ombre : Le personnage n’est ni à côté d’un autre, ni a côté d’un lampadaire.

Jack visible.

Jack invisible.

A la fin du tour, le joueur Jack doit annoncer si « Jack l’éventreur » se trouve dans l’obscurité ou la lumière. Le joueur policier du coup fait ses déductions, et élimine les personnages ne correspondant pas au « statut ». Les pièces personnage sont retournables afin de se souvenir de qui n’est pas « Jack ».

Si vous suivez, vous aurez vite deviné les objectifs des deux joueurs. Le joueur Jack va essayer de mettre le maximum de personnages soit dans la lumière, soit dans l’obscurité, le joueur « Police » doit normalement (au moins lors des premiers tours) essayer de séparer les personnages, en en mettant la moitié dans l’obscurité, et l’autre moitié dans la lumière.

Vous allez me dire, facile, il y à quelques complications. Sur les 4 personnages qui vont bouger dans un tour, pour les tours impairs, le joueurs Jack active le premier personnage, puis le joueur Police en active 2, et enfin le joueur Jack active le dernier. Pour les tours pairs, c’est l’inverse. Il faut donc anticiper ce que peut jouer l’adversaire, la donne pouvant énormément changer avec un personnage.

Les capacités des personnages sont variées, et viendront perturber les divers plans que vous voudrez mettre en place. Entre le gendarme qui permet de déplacer les personnages vers lui, le Dr. Watson qui éclaire une rangée, ou même celui qui peut déplacer un lampadaire, toute la stratégie repose sur qui jouer, aussi bien pour soi que pour éviter de faire bénéficier l’adversaire des pouvoirs.

Mr. Jack personnages

Les 8 personnages.

M. Jack est le cas typique des jeux « faciles à comprendre, durs à maîtriser ». On peut, lors des première parties penser que l’un des deux rôles est plus simple, mais après quelques parties, on se rend compte que les deux peuvent poser de sérieux maux de tête.

Vous êtes deux, ce jeu est à essayer absolument !

4 commentaires

  1. Un jeu bien plus cérébral qu’il n’y parait, on a vite le cerveau en surchauffe tant il faut anticiper ses mouvements.
    Le seul bémol c’est que Jack à très peu de chances de gagner, c’est parait il moins le cas dans la version New-York.

  2. Ça dépend 🙂
    On peut jouer a Mr Jack online ici:
    http://mrjack.hurricangames.com/

    Du coup ils ont des stats sur les victoires/défaites suivant le perso joué:
    Jack, dans la peau de Bert, a gagné 32 des 73 parties (44%)
    Dans la peau de Goodley, il a gagné 39 des 80 parties (49%)
    Dans la peau de Gull, il a gagné 37 des 80 parties (46%)
    Dans la peau de Holmes, il a gagné 22 des 71 parties (31%)
    Dans la peau de Watson, il a gagné 35 des 88 parties (40%)
    Dans la peau de Lestrade, il a gagné 33 des 92 parties (36%)
    Dans la peau de Stealthy, il a gagné 39 des 85 parties (46%)
    Dans la peau de Smith, il a gagné 23 des 72 parties (32%)

    Alors oui Jack part avec un désavantage mais je pense qu’avec de la bouteille, cela diminue et que le ratio tend vers du 45/50% quand on chope des automatismes.
    Après y’a l’extension de Mr Jack qui rajoute des persos et du placement aléatoire. On peut donc ajuster la difficulté comme on le souhaite.

    La principale critique que je ferai se porte sur le calibrage du jeu. De base en regardant la boite et le style graphique, on pense que c’est un jeu « casual ». Je l’ai acheté pour y jouer avec ma compagne de temps en temps or il s’avère que c’est un jeu demandant concentration et pas mal de « temps de cerveau »…pas du trop le type de jeu qu’on sort le soir pour se détendre (genre un Agricola Terres d’élevage).

    Il est très bon mais il faut savoir que c’est jeu compétitif et demandant un minimum d’implication. On est bien plus proche d’un jeu d’échec qu’autre chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *