Room 25 pour une fois, un film de cubes et non pas de boules...

« Bon, on crée un jeu ? »
« Ouais, mais quoi ? »
« Bah chais pas, j’ai pas trop d’idées en fait… »
« Bah on a qu’à s’inspirer d’un film ! Vous avez regardé quoi la semaine dernière ? Allez, sans réfléchir ! »
« Matrix »
« The Avenger »
« Twilight»
«……»
«…….»
«Ouais mais non, mais c’est ma fille qui regardait ça, je suis juste passé devant ! »
« Ah ouais, tu m’as fait peur là…Et toi Gégé ? »
« J’ai regardé Cube ».
« Ah ça c’est pas mal comme truc pour faire un jeu ! Allez hop on s’y met”

Cube est un film de science-fiction et d’horreur canadien réalisé par Vincenzo Natali, sorti en 1997. (vive Wikipédia)

« Un groupe de personnes, sans savoir pourquoi, se retrouve enfermé dans une prison surréaliste, un labyrinthe sans fin constitué de pièces cubiques communicantes, dont certaines sont équipées de pièges mortels. Le policier, l’architecte, l’étudiante en mathématiques, la psychiatre, l’expert en évasion et l’autiste captifs ne savent qu’une seule chose : chacun possède un don particulier qui, combiné aux autres, peut les aider à s’évader. Au fur et à mesure que la peur grandit, les conflits personnels et les luttes de pouvoir s’amplifient. Il leur faudrait pourtant réussir à s’associer pour échapper à une mort certaine. »

En fait, le truc, c’est ça, un gros cube géant, avec plein de petits cubes géants, bourré de pièges super mortels, et des gens qui veulent s’en échapper, avec en plus une bonne psychose qui s’installe.

Le film est assez sympa, même si derrière, ils ont sorti Hypercube (même scénars, différent pièges) qui est forcément moins bien, et après « Cube zéro », une préquelle pourrie.

Bref, tout ça pour annoncer « Room 25 », le mec a tout pompé, mais il a pas du avoir le droit d’utiliser le nom du film. Room parce qu’il ya des pièces, et 25 parce que le plateau de jeu, changeant, est constitué de 25 tuiles, en un carré de 5 x 5.

Alors, c’est très simple à expliquer : des pièces composeront le carré, ayant chacune des particularités (non piégées, pièges chiant ou handicapant voir mortels si on en sort pas très vite au prochain tour, voir même mortelles dès qu’on y pose le pied.

Ca, c’est la salle mortelle du premier coup. On sait pas trop comment marche le piège, mais boum, t’es mort.

Une entrée, une sortie. Vu qu’au départ, toutes les tuiles sauf l’entrée (située of course au milieu du carré) sont placées au pif et cachées, la re-jouabilité est immense. Plusieurs modes de jeu sont proposés, puisqu’on peut y jouer en solo, et jusqu’à 6 joueurs. En fonction du nombre, on peut la jouer coop, ou versus. En coop, grosso modo, les modes sont toujours les mêmes : tous sortir en un nombre de déplacements maximum donné. Très honnêtement, ce n’est pas super passionnant. T’avance, tu regardes la tuile, et le premier qui trouve appelle les autres.

room 25_alj_06 (2)

Vas y passe devant, je te rejoins!

 

Le seul intérêt est, selon moi, le mode versus. Dans ce mode, jouable à partir de 4 joueurs, il y a parmi les « joueurs » des gardiens (oui parce que dans le jeu, on n’est pas des prisonniers, c’est un jeu mortel télévisé en fait. Parce que le mec, la semaine d’avant, il avait vu Cube et Running Man à la télé). A 4, il peut y en avoir 1 ou pas (rôle caché), à 5, il y a en forcément un, à 6, il y en a forcément deux. Et bien sûr, le rôle des gardiens sera d’empêcher la sortie des joueurs, ou de les buter. Enfin, d’en buter au moins deux sur les 4 à 6 joueurs, par exemple. Pour les buter, faut juste les balancer dans les pièces qui les tueront. Ou sinon, empêcher qu’ils ne trouvent la sortie dans le temps limite (10 tours).

Ca, c’est le contexte. Coté mécanisme, chaque joueur va programmer au début du tour deux actions parmi 4 : regarder la pièce d’à côté par le trou de la serrure (mais on ne révèle pas la carte, il faut se déplacer dedans pour que tout le monde puisse la voir), se déplacer d’une pièce, pousser quelqu’un dans une pièce d’à côté (du moment qu’on est au moins deux dans la salle, hein…) et faire déplacer la rangée de pièces d’un cran (on décale toutes les tuiles de la rangée du carré d’un cran). Les actions sont programmées, et rien ne peut les changer. Bien sur, on ne peut réaliser chaque action qu’une fois (on ne peut donc avancer puis avancer. C’est avancer, puis une des trois autre actions possibles. Oui c’est comme ça, sinon la production en régie est pas contente). Chaque joueur joue sa première action, puis chacun jouera sa deuxième. Le « premier joueur » change à chaque tour, en suivant un programme que tout le monde connait.On va donc programmer ses actions, et puis on va chercher la sortie, tous s’y retrouver, et une fois tous dedans, la faire se décaler hors du carré. Et pouf, fini bravo.

Le seul intérêt est bien sur la flippe de savoir qui est gardien et qui ne l’est pas, de savoir qui ment « si si cette pièce est sans danger, vas-y avance, on a pas le temps, bon ben moi je te pousse là comment ça y’a des tas de pieux ah tant pis pour toi, dommage… ». Le truc étant qu’on peut aussi shooter les gardiens en le mettant aussi dans les pièges. Enfin, il faut savoir qu’un gardien peut choisir de se révéler au grand jour (les rôles sont cachés, souvenez-vous), ce qui lui permettra de ne programmer ses actions qu’au moment où il va jouer, et non au début du tour.

Là, si le gros dur est gardien, et qu’il pousse la bimbo dans la pièce mortelle, le jeu va se compliquer tout de suite…

Room 25 est un jeu rapide (explications simples, parties durant entre 15 et 20 minutes en général), qu’on peut faire une fois au cours de la soirée, mais pas plus selon moi. C’est un petit jeu sympa, mais je suis assez sévère parce que franchement, l’inventeur ne s’est absolument pas foulé.
Il tourne aux alentours des 22 euros. Le matos est honnête, sans plus.

room25_alj_03 (2)

– T’as une idée pour les persos ? – Oh bof, tu fais comme d’hab, une gamine, un gros dur, une bimbo, un jeune premier qui veut se la faire, un geek et un savant fou…

« Dis voir toi ! »
« Quoi ? »
« T’as jamais eu de fille, t’as même pas d’enfants…. ?! »
« Ca va, ta gueule, tiens, voilà 100 euros et oublie ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *