Sentinels of the Multiverse Oui, mais nous on a un Hulk.

Allez Chose promis, chose due…..voici ma bafouille sur un petit jeu de cartes bien sympathique.
Bon, je précise tout de suite, pour mettre dans l’ambiance que je ne suis pas un fan des coopératifs… quoi, je vous l’ai déjà faite celle là ?

Il est vrai que j’en apprécie certains, principalement ceux qui pose une ambiance et une immersion (J’adore Horreur à Arkham ou Robinson que je trouve immersif et qui permette de raconter une histoire, j’exècre Pandémie, que je trouve moche et très mauvais).

Bref, tout ça pour vous dire qu’aujourd’hui, je vais encore vous parler d’un coopératif.

Commençons par un petit pitch (pas le gâteau, la présentation… banane… (pas le fruit, l’insulte)).

Vous avez lu tous les comics Marvel ou DC, vous connaissez par cœur les répliques de tous les films de super héros sorties à aujourd’hui. Petit, vous enfiliez votre pyjama Spiderman et vous tentiez de vous échapper par la fenêtre.

Et bien Sentinels of the Multiverse (que nous abrégerons désormais SotM pour économiser mes doigts sur le clavier) va vous permettre de jouer une équipe de super héros qui tente de mettre à mal les plans machiavéliques d’un super vilain.

Comment ça se présente ?

Il s’agit en fait d’un jeu de cartes, à base de decks pré-construits. C’est-à-dire que les capacités et les pouvoirs de chaque super héros sont déclinés dans un deck de 60 cartes propres à chacun.
Dans la boite de base (l’Enhanced Edition, à ne pas confondre avec la première édition), vous avez le choix entre une dizaine de super héros ayant chacun des capacités bien distinctes, et donc une difficulté plus ou moins grande à jouer.

Par exemple, Haka est un bourrin classique. Son but sera de filer des baffes à l’adversaire, sans réelles « subtilités ». À l’opposé, Absolute Zeo sera plus technique à jouer, puisqu’il faudra d’abord monter en puissance avant de pouvoir vraiment être efficace.

Avec tous les héros, vous retrouverez les caractéristiques classiques des archétypes de MMO (le tank, le heal, le soutien…). Le jeu en équipe est donc très important vu que selon le héros que l’on incarne, on va plutôt être offensif ou défensif, mais toujours avec une implication importante dans la partie.

En face, vous avez les supers vilains. Chaque vilain est constitué d’un deck de 40 cartes, qui vont être jouées à un moment donnée dans la partie. (le vilain fait partie de la mécanique du jeu, et n’est pas dirigé par un joueur). Ces cartes peuvent représenter les plans d’action du méchant, des sbires qui se mettront en travers de votre route, voir des attaques que vous allez vous prendre dans la tronche.

Pour arranger le tour, un autre deck va rentrer dans la danse, le deck environnement. En effet, comme dans chaque comic, l’affrontement va avoir lieu dans des endroits particuliers (une base spatiale, sous la mer, dans le passé…) qui interagiront avec les héros et le vilain, en bien ou en mal.

Comment qu’on joue?

Un tour de jeu est très simple.

On commence par le tour du méchant, qui va :

  1. Effectuer toutes ses actions de début de tour (infliger des dégâts, récupérer des points de vie…).
  2. Puis il va piocher et jouer la première carte de son deck.
  3. Enfin, il va exécuter ses actions de fin de tour.

Vient ensuite le tour des joueurs. Ils devront choisir dans quel ordre ils vont jouer chacun leur tour (cela peut avoir de l’importance, en fonction des pouvoirs actifs ou des différentes capacités de chacun).

Ils vont jouer leur action de début de tour, jouer une carte de leur main, déclencher un pouvoir (qui correspond à leurs capacités spéciales) puis piocher une carte.

Chaque joueur va jouer chacun son tour, avant de passer à la phase environnement, qui va suivre le même schéma (action de début de tour, piocher et jouer une carte, action de fin de tour).

La partie se termine lorsque le méchant est à 0 PV ou que plus aucun héros n’est débout.

Au final

Des règles simples, des choix à faire parfois cornéliens, des sacrifices héroïques pour sauver le monde…
Bref, les auteurs ont clairement réussir à retranscrire l’esprit des comics dans ce jeu.

Chaque héros ayant des capacités particulières et une grande différence dans la manière de les jouer ajoute une grande re-jouabilité (d’ailleurs, des niveaux de difficultés sont indiqués en fonction des héros et des vilains).

Il existe également plusieurs extensions rajoutant des héros, des vilains ou des nouveaux environnements, ce qui fait que l’on a de longues heures de jeu devant soit.

Le Matos

C’est un jeu de cartes, donc nous avons des cartes, beaucoup de cartes… et des jetons pour compter les dégâts ou les effets permanents.

Il existe actuellement plusieurs extensions sorties pour rajouter des heros, des vilains et des environnements :

  • Base : SotM Ehanced Edition
  • Extensions : Rook City, Infernal Relics, Shattered Timelines.
  • Une nouvelle grosse extension (Vengeance) devrait arriver en janvier 2014.

Je précise quand même que le jeu de base se suffit à lui-même… les extensions rajoutant seulement du contenu (mais si vous aimez, vous achèterez)

De mémoire, le jeu de base doit tourner autour des 35€ et les extensions dans les 25€.

 

Voilà pour les présentations de base… A vous maintenant de sauver l’univers.

Quelques infos supplémentaires :
Le site officiel
Des goodies créés par les fans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *