Pour les bricoleurs du dimanche

Découvrir l’univers du jeu, c’est un peu ouvrir la porte sur un grand et beau jardin. On y entre par un de ces fameux jeu passerelle, souvent guidé par un passionné qui connait les lieux et nous montre les bons coins.

De jardin c’est une forêt en fait. Ah l’émerveillement de se plonger toujours un peu plus loin dans les bois à la recherche de la perle rare. On finit par trouver ses petits lieux favoris, ici en train de rigoler en bande, là calmement assis sur un cube en bois, ou bien là-bas encore à latter des orcs ou trucider du zombie. Chacun trouve ses marques et y’en a pour tout le monde.

Rapidement, chacun a ses chouchous :
– moi pour Noël, je me prends le dernier Cathala.
– et toi, t’es plutôt Knizia, Pfister ou Rosenberg ?
– boah… je serais plus pour un Chvatil, mais lequel.. Codename ou Through The Ages ?

On s’habitue, on apprécie et on savoure. On est parfois déçus, souvent surpris, toujours avide. Peut-on faire le tour d’un jeu ? Difficile à dire. A mon avis c’est impossible. Tiens, j’ai trouvé cette fenêtre au fond du jardin, avec douze mille jardins derrières et autant de jardiniers.

Je parles ici de tout le méta-jeu autour du jeu. Une demi-seconde de recherche permet de trouver mille et une ressources pour presque n’importe quel jeu. Qu’y a-t-il au delà de la boite ? De la création : variantes, rangements alternatifs, extensions non-officielles, rethématisations… tout est possible par la magie du DIY et du PnP (Do It Yourself et Print and Play).

L’an dernier, je me plaignais ici même de mon groupe du jeudi soir scotché sur 7 Wonders depuis si longtemps. J’ai heureusement découvert un gros tas d’extensions non-officielles mais dont la plupart fonctionnent… à merveille ! Nous jouons depuis 1 an avec une trentaine de plateaux supplémentaires et l’extension « Faith » qui s’insère si bien dans le jeu de base.

D’aucun pourrait être rebuté par les graphismes un peu vieillots d’un Coloretto ou d’un Bonhanza, pourtant si bon, et… oh tiens, une version alternative rethématisée.. c’est beau !


 

Il est vrai, c’est un univers qui a ses controverses et pose des questions de propriété intellectuelle (est-ce que jouer à ce dériver rethématisé que j’ai imprimé chez moi, c’est du piratage ?), c’est pourquoi je ne donne pas de lien. Mais je vous invite seulement à jeter une fois un œil par la fenêtre, y’a toujours des surprises, intéressantes (jouer à Codename avec les cartes de Dixit) ou insolites (un Splendor-Aventuriers du rail, quelqu’un ?)

A l’heure du succès toujours croissant du jeu de société sur les plateforme type Kickstarter, on peut se prendre à rêver que la dimension participative dépasse un jour le cadre du seul financement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *