Dans le dark cyber-espace, personne ne vous entendra runner

Mon adolescence a été une grande frustration. Pendant le collège, plein de potes jouaient à un nouveau jeu qui venait des Amériques appelé Magic the Gathering. Les images étaient super belles, les mecs s’éclataient pendant les récrés, et moi… Ben je n’avais pas de thunes. Maintenant que je suis adulte (d’un point de vue légal), et pourvu d’un salaire, je peux m’acheter plein de jeux qui me donnent envie, même s’ils coûtent plus que 100FF ! Sauf qu’aujourd’hui, mes potes ne jouent plus aux jeux de cartes.


C’est là qu’intervient un collègue (que j’appellerai Bryan pour conserver son anonymat), qui un peu dans le même délire que moi, était prêt à passer ses pauses déjeuner à faire des choses plus utiles que manger. Un petit jeu sorti en 2012 me faisait de l’œil, Android : Netrunner, une réédition d’un jeu des années 90 que personne ne connaissait en France (malgré ce qu’on peut lire à droite à gauche), reprenant les thèmes du cyberpunk. Et déjà, la nostalgie arrive, les cyber-attaques font furieusement penser à tous ces films nanaresques tels Hackers, Wargame ou Cobaye. Une représentation complètement biaisée de ce qu’est la sécurité informatique, de ce qu’est un réseau, etc. On retrouve même les méchantes corporations contre les hack3rz rebels, criminels ou idéalistes.

Je ne m’étendrai pas sur les règles de base qui sont vraiment très simples, la difficulté venant du principe de l’exception : certaines cartes (beaucoup) contredisent la règle, et dans ce cas, c’est le texte de la carte qui Daniel Prévost. Et là, c’est le temps de la guerre avec Bryan, le temps de la fouille sur tous les forums pour savoir si le mouvement est régulier, et que si Femme Fatale est utilisée sur une glace après une boëtte, tu te prends quand même les dégâts parce que tu ne fais que bypasser les sous-routines, et que de toute façon, ton run sert à rien parce que juste avant que t’atteignes mes archives, j’utilise mon Jackson.
Femme fatale Jackson Howard
En digne LCG, vous pourrez dépenser tout votre pognon pour acquérir des cartes supplémentaires, maintenant, ça ne revient pas « si » cher que ça de tout avoir (à vue de cybernez, pour l’ensemble des cartes sorties aujourd’hui, il faut compter environ 200€). Le jeu amène beaucoup de tensions (normal, faut alimenter les serveurs), y’a 50 données à traiter en même temps, et il n’y a pas de mauvais tirage. Si vous avez perdu, c’est que vous êtes mauvais.
A noter qu’il est possible de jouer à Android: Netrunner sur www.jinteki.net mais il vous faudra déjà connaître les règles !

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *