C’est la mort à la plage

Ça y est nous sommes au creux de l’hiver et vous faites probablement tout comme moi la dure expérience de vivre dans le froid et la nuit noire. Oui enfin tous, sauf votre pote Julien* qui poste sur Facebook ses photos de la Réunion ou de votre ex collègue Sabrina* qui poste avec une innocence feinte ses selfies d’Australie. Six mois dans chaque hémisphère il parait que les riches appellent ça l’été sans fin et que c’est le meilleur moyen de se faire un vrai bronzage certifié Morandini.

Mais trêve de jalousie ce sont les fêtes de Noël ! La chaleur des fêtes en famille, le moment des rêves d’enfants qui eux sont gratuits de surcroît. Maintenant fermez les yeux et imaginez Sabrina et Julien dans leur confortable première classe Air France, imaginez maintenant un changement radical de destination: l’hiver polaire avec des zombies ? Trop prévisible après tout ils veulent un été sans fin. Puis soudainement vous vous sentez porté par l’actu: Maylaisia Airline, JJ Abrams qui essaye de vous vendre un film avec des djidailles… vous avez trouvé l’endroit de villégiature parfait.

 

* les prénoms ont été changées pour garantir leur intégrité physique à leur retour en métropole.

Et voila ce qui se passe quand on se croit assez malin pour esquiver la dinde de mamie.

 

Vous connaissez désormais le secret pour des fêtes réussies pour un petit budget, il suffira de vous procurer Robinson Crusoe: Aventures sur l’île maudite pour faire vivre mentalement de cruelles aventures à ces indélicats des réseaux sociaux.

 

Picture

Pénurie de nourriture, chute de moral, affres météorologiques, attaques de bêtes sauvages, pièges dressés par de facétieux autochtones, maladies… Un programme à faire pâlir un Bear Grylls, capable de varier avec bonheur des selfies dans une infinite pool de Singapour ou en maillot de bain et en rentrant le ventre devant un coucher de soleil sur la barrière de corail.

Robinson est un cruel jeu de naufragés pouvant se jouer de 1 à 4 joueurs proposant des aventures multiples, une extension retraçant l’expédition de Charles Darwin aux Galapagos et prochainement une seconde qui vous entraînera dans d’indicibles horreurs Lovecraftiennes. Malgré une règle un peu dense c’est sûrement le jeu avec la thématique la mieux exploitée de ces dernières années, un matos pléthorique et une expérience de jeu différente (mais toujours excellente) quel que soit le nombre de participants.

Définitivement à placer sous tous les sapins de ceux qui sont restés affronter le froid hivernal, pour les autres… espérons qu’ils aient quelques notions de survie.

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *