Jouer avec sa famille nulle

Voilà 2 ans que je suis tombé dans le hobby. Mais je n’ai pas grand monde avec qui jouer. Mes potes sont mariés avec des gamins, ma copine est imaginaire et mes collègues sont des collègues.

Je suis jaloux des gens qui racontent que ce week‐end, ils ont fait 3 parties de Pandemic Legacy et qu’ils ont vachement aimé déchirer des cartes. Ou que Secret Hitler c’est pas assez subversif. Alors tous les mois, j’amène une nouvelle boîte au repas dominical. Et je joue avec ma famille.

Ma sœur, elle est forte. Elle joue pour la compétition. Elle me bat à la fin en ayant écouté la moitié des règles et préparé la tarte aux pommes pour le goûter. Mon père, il est mauvais joueur. Depuis tout petit, il est toxique dans la confrontation. Mais il aime bien ces moments en famille alors il est présent. Sauf quand on compte les points. Ma mère, elle comprend pas grand‐chose. Elle s’amuse parce qu’elle est avec nous, mais elle fait un score de 20 à Kingdomino dans les bons jours.

Du coup, j’ai une douzaine de jeux qui traînent dans la Billy sous blister. Scythe, Terraforming Mars et Abyss ne sortiront probablement jamais. Je me suis fait une raison, cela fait des couleurs sur les étagères et c’est déjà pas mal. Le seul jeu un peu avancé qui passe crème, c’est Zombicide.

Le plaisir commence par la mise en place, au moment de retourner le carton plein de figurines. Je peux mettre en place le scénario pendant que ma sœur est sur Snapchat, que mon père veut jouer les zombies et que ma mère fait tomber les cartes sous la table. Je préfère présenter le jeu (à chaque fois) en ne disant pas tout. Voici les quelques actions possibles, voilà l’objectif, y’a des armes et des méchants. Tout ce qui est double activation des zombies et pourquoi une poêle pour se battre c’est pourri, on verra plus tard. Ma mère décroche généralement après 3 minutes mais conserve son enthousiasme parce que « t’as vu, les détails sont super bien faits ». Mon père demande si on peut attaquer les autres du groupe.

Le plus important, c’est qu’on est tous ensemble. Du coup, je joue en premier et je leur montre ce qu’on peut faire. Et ensuite, ils se débrouillent. Il n’y a pas de chef, c’est essentiel, tans pis si on perd lamentablement, le but c’est que chacun joue comme il veut et s’amuse. Voilà pourquoi ça marche.

Les avantages de Zombicide, c’est que le jeu est facile, peu d’actions, basé en grande partie sur la chance, avec un semblant de stratégie mais surtout, c’est bourrin. Surtout quand tu tapes un boss au 2eme tour, pas d’autre choix que de courir. L’immersion est bien présente, surtout avec les figurines peintes. Je préfère la version moderne à Black Plague, parce que c’est plus simple de s’imaginer dans un centre commercial avec une AK47 que dans une auberge avec de la bile de dragon dans les mains.

Ma sœur a bien compris que fouiller à chaque tour, c’est la garantie d’avoir des armes bien fumées. Du coup, Zombicide devient un jeu de production et de commerce. Elle fait du placement de zombies. Mon père a tendance à se suicider « pour sauver la famille », même si on n’a rarement besoin de ce sacrifice. Il joue toujours un mec bien baraqué avec une tronçonneuse dans les bras, mais il partage volontiers son matos. Il est moins radin que dans la vraie vie. Il peut enfin gagner sans lécher les larmes de ses ennemis. Ma mère elle veut faire 9 actions par tour et passe à travers les murs. Elle a pas de chance avec les dés alors j’ai inventé une règle qui fait qu’elle peut rejouer avec son personnage quand elle attaque. Elle est pas au courant mais elle se sent utile.

Finalement, ce groupe me convient. Mes parents sont stimulés entre deux émissions sur M6 et ils ont sacrément la pêche à 60 balais. Pour le réveillon, on va tester Magic Maze et une aventure d’Unlock.

Après la dinde ; la bûche et le champagne. Le jeu de société moderne dans sa version difficile++.

6 commentaires

  1. Les trucs qui marchent avec le même type de groupe chez moi :
    * Les demeures de l’épouvante v2, avec l’app. simple et immersif
    * Watson & Holmes, ça fait tout de suite respectable

  2. Heureusement que ma femme est joueuse. Bien que le maximum de temps de partie soit à 45 minutes. Les gros jeux comme Spartacus ou Rebellion, avec leurs 3h mini, c’est mort. Mes enfants jouent aussi, mais il va falloir encore un peu de temps avant de pouvoir sortir les jeux de stratégie sur le long terme.

    Quand à mes parents… à Noel on va pouvoir faire un rami, un coup d’abalone peut etre… et c’est tout. J’ai tenté de leur offrir un Polarity… peine perdue.

    J’aime ma famille, mais vive mes potes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *