En route mauvaise troupe

Derrière un design si mignon (merci Kyle Ferrin), on pourrait imaginer que Root : A Game of Woodland Might and Right est un jeu léger, familial, voire enfantin… Rien ne saurait être plus éloigné de la vérité.

En effet, Cole Wehrle, son auteur, est également à l’origine de Pax Pamir, An Infamous Traffic et du récent John Company, trois jeux dont le thème fort n’a d’égal que la profondeur et la richesse du gameplay. Il aurait donc été surprenant que Root déroge à la règle.

Roots, bloody roots !!!

Root présente 4 factions qui vont s’affronter sur un plateau de jeu représentant une forêt décomposée en clairières et dans lesquelles pourront être construites divers types de bâtiments. L’objectif du joueur est principalement d’atteindre les 40 points de victoire, les moyens pour y parvenir étant très variés et propres à chacune des factions.

Les joueurs pourront ainsi incarner :

  • Marquise des envahisseurs chats, qui après s’être rendus maîtres de la forêt, doivent désormais s’établir comme dirigeants légitimes en stabilisant leur territoire par la construction de bâtiments.
  • Eyrie, l’ancienne faction dirigeante chassée par les chats, mais qui aspire à revenir au pouvoir, si elle réussit à reconquérir son domaine tout en réglant ses propres conflits internes.
  • L’Alliance, qui conspirera en se cachant dans les ombres tout en ralliant les nations de la forêt à leur cause
  • Le Vagabond qui mènera ses propres objectifs, en s’attirant les faveurs ou l’hostilité de chacune des factions précédentes.

Une étude en COIN

De Martin Wallace à Phil Eklund, d’Eclipse à Vast, les inspirations de Cole furent légions. Mais ne vous y trompez pas, sa source principale est le système de jeu créé par Volko Ruhnke et désigné par l’énigmatique acronyme COIN.

Signifiant COntre INsurrection (et pas une onomatopée palmipède, je vous vois venir), ce type de jeu met en scène plusieurs factions partagées en deux groupes distincts : pouvoir en place et insurgés. Ici, comme vous l’aurez compris, Marquise et Eyrie seront les factions contre insurrectionnelles, cherchant la stabilité et la maîtrise armée des territoires, alors que l’Alliance représentera les rebelles à l’ordre en place. Le Vagabond quant à lui sera plutôt un électron libre qui devra apprendre à manœuvrer pour atteindre son but.

S’appuyant sur une mécanique Card Driven, (mais pas Card Assisted comme dans les jeux COIN classiques), Root se base ainsi sur un paquet commun de 54 cartes pouvant être utilisées de multiples façons, mais avec une subtilité importante, à savoir que chacune des cartes est liée à une des quatre nations de la forêt (lapin, renard, souris et oiseau).

Quel intérêt me direz vous ? Et bien, chaque clairière est associée à une seule nation et impliquera pour y mener des actions d’utiliser les cartes correspondantes… Vous percevez désormais la profondeur de ce jeu ?

Et je peux le trouver où ?

Le Kickstarter portant le projet étant désormais fini, pourquoi en parler aujourd’hui ? Tout simplement parce qu’à l’image des jeux édités par Leder Games, un Print & Play est disponible sur le site de la campagne de financement afin que vous puissiez découvrir le jeu par vous même !

(Si vous désirez plus d’infos, notamment sur les spécificités des factions et les liens entre elles, n’hésitez pas à lire mon compte rendu de partie sur le site Ludopoly)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *